Ressources pour une parentalité réaliste

Ressources pour une parentalité réaliste

Vous avez lu les livres, les blogs, écouté les podcasts : tout avait l’air simple et efficace. Oui mais voilà, dans la vraie vie, les enfants ne réagissent pas comme nous l’espérions. Et nous non plus d’ailleurs 🤪 !

Vous trouverez sur cette page mes ressources réalistes pour la relation aux enfants.

Pour des ressources supplémentaires (et pour ne plus rater les nouveaux articles, vous pouvez vous abonner à ma newsletter :

Allez, zou, c’est parti pour une sélection de 5 articles par thème.

Il y a plusieurs centaines d’articles sur le blog : si vous ne trouvez pas votre bonheur dans cette sélection, n’hésitez pas à explorer le blog de fond en comble. Vous trouverez un lien tout en bas de la page pour voir TOUS les articles.

Les émotions des parents d’abord !

Etre parent, ça demande beaucoup de ressources. Prendre soin de soi et comprendre ce qui nous fait réagir est la base d’une parentalité réaliste. Les ressources pour les parents viennent donc forcément en 1er 😎.

(et oui il y en a plus que 5 parce que les parents valent bien ça !)

Vous avez envie de mieux comprendre vos émotions et de les gérer différemment ?  Ma mini formation « je reprends la contrôle sur ma colère » vous donnera les bases pour le faire. Testez-la : elle est gratuite 🤩.

Aider les enfants à gérer leurs émotions

Colères, crises, râleries et autres débordements de frustration 

Déception et tristesse 

Peurs, angoisses et anxiété

Confiance en soi et autonomie

Sortir des rôles et étiquettes

Les relations dans la fratrie

Alimentation, sommeil, propreté

Et ce n’est pas tout :

4 thoughts on “Ressources pour une parentalité réaliste

  • 27 mars 2016 à 21:38
    Permalink

    Merci pour votre blog. Je suis d’accord avec vous sur tous les points et sur vos approches. Votre blog nous aide en tant que parent. On a parfois plus besoin de mise en confiance et d’aides que de jugements. On nous demande tellement d’être parfaite (avec les enfants, au travail, le mari, la maison, nos relations..) que la pression est forte. On a toutes envies que nos enfants soient heureux. On fait de notre mieux…. on essaie avec nos émotions, nos compétences, notre vécu, notre ressenti, ce que l’on nous a transmis, ce que l’on a appris, ce que l’on a eu ou pas eu… Nous sommes dans une société qui n’aide pas mais qui juge….Votre blog aide mais ne juge pas. Votre sensibilité et votre ouverture d’esprit me réchauffe le coeur. Merci.

    Répondre
  • 12 juin 2016 à 11:17
    Permalink

    Bonjour,
    Je regarde très souvent vos articles et j’y trouve beaucoup d’aide en général. Or je n’arrive pas à trouver d’article sur le point que je vais exposer.
    Le fils de mon compagnon a 3 ans, et pour lui les bêtises, c’est rigolo. Donc hier soir par exemple, il a fait pipi dans le garage sur la caisse de voyage des chats et il est presque fier de dire qu’il a fait une bêtise et dire « c’est rigolo ». Et nous (son père et moi) ne savons que faire d’autre que de lui dire que non, c’est pas rigolo et qu’il ne faut pas faire ça. Et lui ne comprends pas parce qu’il a fait un truc rigolo quand même !
    On ne le punit pas, on lui dit juste qu’on est pas content de ce qu’il a fait, et que donc on n’a pas envie de lui faire plaisir en zappant l’histoire du soir par exemple. Je ne sais pas quel comportement adopter, il rigole, et rien ne semble l’atteindre. Vous auriez des conseils ? Merci

    Répondre
    • 13 juin 2016 à 13:02
      Permalink

      2 règles d’or avec les enfants :
      – La 1e : On ne fait pas changer quelqu’un qui n’a pas de problème
      – la 2e : avec les enfants, ce qu’on fait crie plus fort que ce qu’on dit

      Donc soit l’enfant comprend de lui-même que ça pose un problème, soit il va falloir des conséquences un peu plus embêtantes pour lui. D’autant plus qu’il ne culpabilise visiblement pas du tout (il ne dit pas qu’il est « méchant » mais qu’il trouve juste ça rigolo). La punition est inefficace avec les enfants qui culpabilisent car elle les met en situation de double échec : non seulement je n’ai pas réussi à « bien » me tenir donc je suis en échec et déjà puni par cette sensation d’échec. Une punition supplémentaire est donc inadéquate.
      Par contre là, l’enfant semble avoir juste du plaisir. Pour lui ce n’est absolument pas une bêtise et la privation d’histoire du soir est, à mon avis, à la fois trop lointaine et trop déconnectée de la bêtise pour être comprise. C’est donc un des rares cas où une attitude « punitive » a des raisons d’être.
      Il vaudrait sans doute mieux montrer votre désaccord sur le moment, d’une voix ferme en disant que vous n’êtes pas du tout content. Et accompagner l’acte d’un moment de retrait de l’attention, du genre « pour le moment, je suis trop fâché pour te parler donc tu attends. » qui durera quelques minutes. En faisant cela quelques fois, vous pourrez ensuite simplement demander à l’enfant « à ton avis, j’en pense quoi de ce que tu as fait ? » pour qu’il intègre l’impact sur vous.

      Après vous pouvez attendre qu’il change de lui-même mais il n’est pas évident que ça arrive, puisqu’il trouve super rigolo et que ça peut durer longtemps.

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :