Ce matin, mon fils m’a appelée :

« Maman, viens voir le beau circuit qu’elle a fait pour moi ma soeur ! »

J’ai été ravie de voir le travail accompli par sa grande soeur, et pas uniquement parce que c’était une manifestation de la complicité qui unit mes enfants … mais aussi parce que c’est le résultat de beaucoup de travail pour ma grande.

Ce magnifique circuit, le voilà :

Circuit de train en bois

Je m’explique : quelques semaines avant cette scène – 1 mois, peut-être un peu plus – ma grande puce était installée au salon et tentait de faire un circuit. J’étais là mais je ne jouais pas avec elle et je l’ai entendue commencer à s’énerver.

Elle pleurait, s’est mise à crier et à s’énerver :

« J’y arrive pas ! J’y arriverai jamais !!!! MAMAN !!! … J’y arrive jamais ! je suis trop nulle ! »

Et elle balançait les rails de train en bois, très en colère et très déçue. Tiens, ça me rappelle quelqu’un ça 😉 … Je me reconnais assez bien dans ces colères explosives devant une contrainte qui me résiste … Bref, ce n’était pas l’objet de mon billet.

Donc je l’entends s’énerver … et ça m’énerve moi aussi. Je sais bien que cette crise n’arrange rien, que plus elle s’énerve, moins elle y arrive et plus sa crise prend de l’ampleur.

Intervenir pour l’aider à faire son circuit permettrait de résoudre les problèmes du moment – arrêter les hurlements pour ma part, faire un circuit pour elle.

C’est ce que j’aurais fait habituellement, j’y serais allée et nous aurions fait le circuit ensemble. Cela aurait apaisé ses cris et nous aurions passé un bon moment. C’est ce que j’avais fait par le passé et cela m’avait paru la bonne chose à faire.

Mais ce jour-là, en la voyant piquer sa crise, je me suis dit qu’elle avait besoin d’autre chose et j’ai choisi d’agir différemment.

En l’observant, je l’ai vue essayer de fermer son circuit, tout en posant les rails au petit bonheur la chance, ce qui l’emmenait un peu n’importe où mais pas vraiment où elle voulait.

Et c’est là que j’ai compris qu’il lui manquait une information importante : elle n’avait pas pensé qu’il lui fallait choisir la prochaine pièce en fonction de la direction qu’elle voulait prendre, et non en prendre une au hasard.

Il m’a fallu pas mal de retenue et de contrôle pour l’observer et comprendre ce qui se passait car sa colère m’horripilait vraiment et j’avais juste envie de l’envoyer sur les roses en lui disant qu’elle était ridicule à piquer sa crise comme ça.

Après quelques secondes, je me suis donc décidée et je lui ai dit, très énervée quand même :

« Ca t’énerve beaucoup de ne pas arriver à faire le circuit apparemment ! Et plus tu t’énerves, et moins tu y arrives ! … Mais tu veux aller où avec tes rails de train là !!!??? »

Pendant que je parlais, elle continuait à crier et à pleurer, mais elle m’a jeté un regard surpris à la fin de ma phrase. Je suis partie tout de suite après, la laissant avec ses rails.

Evidemment, ses cris n’ont pas cessé tout de suite, elle a continué à s’énerver et à se lamenter mais le niveau était nettement moins élevé et au bout de quelques minutes, je n’entendais plus rien. Je suis repassée au salon pour voir qu’elle avait fait un vrai circuit et qu’elle s’amusait avec son train.

Depuis, elle ne s’est plus jamais énervée sur ce jeu et ce matin, je l’ai même entendue dire à son frère :

« tu vois, je réfléchis avec ma tête, je choisis les pièces et après je peux te faire un beau circuit qui tourne et tout … »

Ma puce a bien compris ce qui lui manquait pour réussir à faire un circuit …

Et moi j’ai bien compris qu’aider n’est parfois pas aidant et j’ai bien plus aidé ma fille ce jour-là en la laissant se débrouiller seule qu’en intervenant.

Un autre article pour aller plus loin sur ce sujet : « Comment parler aux filles ? »

Des livres sur l’éducation et la relation à l’enfant (si vous ne voyez pas les liens ci-dessous, c’est parce que vous utilisez un navigateur avec un bloqueur de publicité. Les liens étant issus d’Amazon, ils sont bloqués et n’apparaissent pas. Si vous voulez savoir pourquoi j’utilise des liens sponsorisés, merci de lire ici.)


  1. Merci pour ce témoignage !
    A lire les blogs, les forums, les profils FB : toutes les mamans prônant une éducation non-violente paraissent sans faille. Tout à l’air d’aller comme sur des roulettes chez elles, elles trouvent d’emblée le mot et la manière juste d’intervenir.
    Merci de témoigner de votre évolution, de vos réajustements ! Ca m’aide tellement de savoir que les autres parents ne sont pas parfaits 😉

    • Merci de ce commentaire !

      C’est vrai qu’on a plutôt envie de montrer quand les choses se passent bien, de convaincre que ça peut marcher et du coup, on a tendance – moi la première – à ne parler que de ce qui va bien.
      Du coup, ça me fait penser que je pourrais un peu plus montrer le cheminement, et pas juste le résultat ;-).

      Merci !

  2. Je reviens ici car depuis la lecture de ce billet et après être également tombée sur ce blog très sincère : http://jarretedegrondermesenfants.overblog.com/
    J’ai décidé de témoigner moi aussi de mes difficultés dans mon quotidien de mère à garder mon calme, à trouver le mot juste, la manière adéquate d’être avec mes enfants.
    Je partage à cette adresse : http://jarretedegrondermesenfants.overblog.com/
    des moments de mon quotidien et aussi les textes qui me permettent de cheminer (il y a d’ailleurs plusieurs liens vers ce blog 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>