La question de Louise : pourquoi papa et maman ne comprennent jamais rien ?

14.08.26 ado deception Louise,

Il y a quelques temps, tu as voulu passer un week-end avec 2 copines. un week-end TOUTE SEULE avec tes 2 copines, sans adultes présents visiblement.

Sauf que, comme tu as 13 ans, tes parents ont refusé.

Enfin je crois aussi que tu ne leur avais pas dit que vous seriez toutes les 3 toutes seules parce que tu savais bien qu’ils diraient non si tu leur disais ça. Logique hein, je crois que j’aurais fait pareil … et beaucoup de gens que je connais en aurait fait de même (tiens lis mon article sur le mensonge, tu verras :-P)

Du coup tu étais très très fâchée et tu en as parlé  à ta grand-mère. Tu étais même tellement fâchée que tu lui as demandé « pourquoi papa et maman ne comprennent jamais rien ?! », question à laquelle ta grand-mère n’a pas trop su quoi répondre. C’est d’ailleurs pour ça qu’elle a fait appel à Claude Halmos.

Pour mémoire, voici la réponse de Claude Halmos à cette question sur France Inter le samedi 16 aout 2014 :

Les questions doivent-elles avoir des réponses ?

Je trouve logique que ta grand-mère ait eu du mal à te répondre … Pourquoi ?

Parce que je pense que ce n’est pas vraiment une question que tu as formulée, mais plutôt une expression de ton mécontentement. Elle n’appelait sans doute pas une réponse à proprement parler mais simplement de la compréhension et de l’empathie.

J’ai constaté que, souvent, quand on utilise dans une phrase les mots « toujours », « jamais », « encore » et quelques autres, la phrase en question était rarement un point de vue serein et rationnel mais plutôt une expression émotionnelle. Ces mots montrent qu’on n’est pas tout à fait en état émotionnellement de chercher une solution constructive au problème qui se présente.

Je pense donc qu’il n’y avait, du moins pas dans l’immédiat, de réponse à apporter à cette question. La seule chose qui aurait pu t’aider à prendre du recul sur cette émotion, c’est un peu d’empathie.

Un peu d’empathie pour aider à prendre du recul

Tu avais probablement échafaudé beaucoup de projets avec tes copines pour ce super week-end, vous en aviez sans doute parlé pendant des heures, en vous réjouissant à l’avance du plaisir que vous alliez y trouver. Devoir renoncer à tout ce plaisir prévu, c’est comme une douche froide, les boules quoi comme dirait l’autre !

Et comme en plus tu es  une jeune fille sérieuse – c’est ta grand mère qui le dit – tu as probablement été d’autant plus déçue de la réaction de tes parents que vous n’aviez pas pensé à mal et que vous aviez probablement prévu des activités tout à fait raisonnables. Ce qui ajoute donc à ton incompréhension et à ta frustration. Et ce qui t’a probablement amenée à poser avec autant de véhémence cette question à ta grand-mère.

Je comprends donc que tu aies été à la fois très déçue de ne pas pouvoir passer ce week-end avec tes copines et très fâchée contre ce qui s’apparente probablement pour toi à un manque de confiance de tes parents. Si on se met 2 secondes à ta place, on peut comprendre ta révolte sans aucune difficulté.

Tu sais, enfant, ado ou adulte, nous nous sentons incompris quand la dimension émotionnelle de notre problème ne semble pas perçue par notre interlocuteur. C’est probablement ce qui s’est passé pour toi. Les adultes qui t’entourent ont-ils pris le temps de te reformuler tout ça et de te montrer qu’ils comprenaient bien ce que tu ressentais ?

Si non, il est fort possible que ce soit cette incompréhension – plus que leur décision en elle-même – qui ait provoquée ta révolte.

Et quand nous ne comprenons pas notre interlocuteur ?

Et puis, il y a autre chose. Tu as dit « pourquoi papa et maman ne comprennent jamais rien ? », ce qui signifie non seulement qu’ils n’ont visiblement pas compris ta déception mais aussi que toi, tu n’as pas compris leur décision.

Tes parents ont probablement – comme le font souvent les adultes – donné des arguments très intellectuels à leur décision.

Ils n’ont sans doute pas non plus parlé de leurs propres émotions, c’est à dire de ce qui les a amenés à te refuser ce week-end. Parce qu’ils avaient probablement des raisons de le faire.

Je parierais par exemple qu’ils avaient peur pour toi. Peur que tes amies et toi fassiez des bêtises, peur que vous ne sachiez pas comment réagir s’il se passait quelque chose (incendie, accident, …), ou d’autres choses encore que je ne peux qu’imaginer. Ces raisons sont bonnes et peut-être ont-ils pris la bonne décision en vous refusant ce week-end. Ce qui pose problème là, c’est l’incompréhension, pas la décision en elle-même.

Ce qui est dommage, c’est qu’en te donnant des arguments intellectuels, ils sont passés à côté d’une bonne occasion de résoudre ce problème avec toi de façon constructive. Et vous avez loupé une bonne occasion de vous comprendre mutuellement.

L’article sur le ballon émotionnel pourra vous aider à mieux comprendre ce qui se passe dans ces situations émotionnelles.

Les ados dans la toute puissance ?

Ce que je crois sur les ados, à force de les accompagner eux et leurs parents, c’est que les ados sont à la croisée des chemins : ils commencent à prendre conscience de tous les possibles qui s’offrent à eux, à voir qu’ils sont capables de faire beaucoup de choses comme les adultes mais aussi à comprendre que cela a des conséquences qui peuvent être importantes pour eux et leur vie future.

Lorsqu’on les laisse un peu trop livrés à eux-mêmes en les considérant comme des adultes, ils sont alors confrontés à l’angoisse que ces possibilités presque infinies génèrent. Ils sont alors perdus et peuvent avoir des comportements irrationnels, à risque, … parce qu’ils cherchent à comprendre les limites par eux-mêmes.

Lorsqu’on les cadre un peu trop, ils se sentent bridés dans leurs possibilités et cherchent alors à tout prix à démontrer aux adultes de quoi ils sont capables. Et ils peuvent alors avoir aussi des comportements à risque justement pour démontrer aux adultes qui leur fixent des limites de quoi ils sont capables.

La difficulté, c’est que si on part du principe absolu que ce sont les adultes qui décident des limites, on risque fort de se retrouver dans l’un ou l’autre des excès que je viens de décrire. Avec le risque de créer les conduites que l’on souhaite justement éviter.

Ce qui rend encore plus difficile l’exercice, c’est qu’il n’existe aucune règle « absolue » : chaque enfant et chaque parent sont différents, ce qui marche pour l’un ne marchera pas pour l’autre.

Construire une relation de confiance entre parents et ados

La discussion entre parents et ados pour que chacun comprenne mieux l’autre, notamment sur le plan émotionnel, permet souvent de se sortir constructivement de ces situations qui semblent sans issue. Cet échange permet de trouver des solutions acceptables par tous. Solutions qui ne sont pas des compromis mais des vraies solutions gagnant-gagnant.

Parler des aspects émotionnels des décisions que nous prenons, nous les adultes, à nos adolescents les aide à comprendre les risques et les raisons pour lesquelles nous refusons certaines choses. Cela ouvre la discussion sur ce que les ados peuvent faire pour nous rassurer. Et autoriser nos ados à nous montrer qu’ils sont capables de prendre en compte ces risques et d’en tenir compte les aide aussi à se sentir compétents et capables. Et ce que je constate, c’est que, quand on traite les ados comme des personnes responsables et qu’on cherche à coopérer avec eux plutôt qu’à les cadrer, ils se comportent généralement comme tels = avec responsabilité 😉.

Dans ton cas Louise, tes parents auraient pu, par exemple, formuler les choses de cette façon

ah oui, tu es vraiment très très décue, tu attendais beaucoup de ce week-end avec tes copines.

Et une fois que ton ballon émotionnel aurait été dégonflé, ce qui aurait peut-être nécessité un peu plus d’écoute que cette simple phrase évidemment :

A ton avis, comment voyons-nous les choses de notre côté ?

Ce qui aurait permis à la fois de te sortir de l’émotion et de t’amener à mieux comprendre la position de tes parents. Et alors vous auriez pu discuter sur les possibilités : aller avec les copines seulement la journée, passer la nuit mais avec des garanties sur certains aspects, choisir un autre week-end, … Il y a des dizaines de solutions, solutions que nous n’imaginons pas au premier abord mais la réflexion collective permet d’en construire beaucoup et de très originales avec lesquelles parents ET ados sont satisfaits.

Non seulement ces discussions – et les actions qui en découlent – permettre de résoudre des problèmes mais elles donnent aussi une toute autre dimension à la relation parent-ado : elles construisent une relation basée sur la confiance et le respect mutuel plutôt que sur la contrainte et l’obéissance. Tout un programme non 😉 ?

 

Deux excellents livres à ce sujet qui vous donneront des clés concrètes et pratiques pour (re)nouer le dialogue avec vos ados : « Parler aux ados pour qu’ils écoutent, les écouter pour qu’ils parlent » de Faber et Mazlish et « L’adolescence autrement : Faire confiance aux ados, faire confiance à la vie ! » de Catherine Dumonteil-Kremer.

PS : message pour la grand-mère de Louise

Madame, si vous souhaitez aider votre petite fille, je pense que lui dire clairement ce que vous avez dit à Claude Halmos, à savoir que vous comprenez fort bien sa déception mais aussi que vous comprenez la réaction de ses parents peut tout à fait être utile pour elle. Cela ne signifie pas que vous prenez parti pour l’un ou pour l’autre, mais que vous êtes partagée car c’est une décision difficile à prendre en tant que parent. Un ado peut très bien entendre cela sans être déstabilisé. Au contraire, cela lui montre que les adultes ne sont ni tout-puissants, ni ligués contre lui, mais se posent des questions et n’ont pas toutes les réponses. Un très bon message à faire passer aux ados et aux enfants ;-).

Photo Credit: vïkïng via Compfight cc

Sandrine Donzel

Inspiratrice de bienveillance ... envers les autres et envers soi-même :-) ... Coach, formatrice, conférencière et auteure du blog S Comm C

sandrine has 491 posts and counting.See all posts by sandrine

3 pensées sur “La question de Louise : pourquoi papa et maman ne comprennent jamais rien ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :