Le pire conseil jamais donné aux parents à propos de leur colère

conseil donné aux parents pour leur colèreJe reçois régulièrement des parents qui ont vu avant moi d’autres intervenants, de tous types. Beaucoup de ces parents sont, malgré les aides apportées, encore en échec. Et beaucoup ont entendu de la bouche de leur entourage, des intervenants divers – médecins, pédiatres, psychologues, … – une phrase qui revient très souvent. Une phrase dont je pense qu’elle est probablement le pire conseil jamais donné aux parents. Ce que ces parents ont entendu, c’est :

Soyez ferme, tenez bon … mais restez calme.

Le pire conseil jamais donné aux parents pour gérer leur colère : tenez bon mais restez calme

Quand les parents me disent qu’on leur a conseillé de tenir bon en restant calme, je leur demande s’ils y parviennent. Et quand ils me disent non, je leur réponds :

ça me rassure : moi non plus, je n’y suis jamais arrivée. (ce qui est la stricte vérité !)

Parce que, sincèrement, face à un enfant qui revient à la charge encore et encore, comment rester calme et ne pas s’énerver ? La colère n’est pas juste un problème interne. Ne pas parvenir à garder son calme n’est pas non plus juste un manque de maitrise émotionnelle, c’est aussi une question de contexte !

Vous pouvez donc travailler vos compétences émotionnelles, votre maitrise de vous-même. Mais face à un enfant résistant, qui a la vie devant lui, comment espérer que c’est lui qui va lâcher en premier ? Chez les parents que je rencontre, comme chez moi, c’est rarement ce qui se produit.

Au-delà d’un éventuel problème de pouvoir, il reste aussi que l’enfant sous le coup de l’émotion a du mal à se maitriser – en théorie plus de mal que l’adulte – et qu’il y a donc peu de chances qu’il s’apaise le premier.

Donc si vous comptez sur le fait que vous allez rester calme tout en tenant bon sur votre attitude initiale, si j’en crois mon expérience, il y a peu de chances que ça marche.

Si j’ai un seul conseil aux parents pour la colère, ce serait plutôt : si vous persistez dans ce qui ne marche pas, vous allez droit à la catastrophe.

C’est très exactement le fait de tenir bon et de ne pas lâcher qui risque d’engendrer la violence.

Un conseil aux parents pour la colère ?

Plutô que des conseils, quelques constats me semblent importants : la colère – ou la violence – sont le signe d’un échec

La violence, l’énervement ne surviennent pas quand tout va bien. Ils surviennent quand j’ai essayé de provoquer un changement, quand j’ai dit, redit, re-redit quelque chose, et que, malgré ces tentatives, le problème persiste. C’est le