ballon baudrucheChose promise, chose dûe, voici un article explicatif sur les émotions.

Le ballon émotionnel

Représentez-vous quelque chose qui vous fait très très envie et auquel vous n’avez pas souvent accès : un gâteau bien spécifique préparé dans la seule et unique boulangerie de votre enfance, un plat dégusté uniquement sur votre lieu de vacances, … N’importe quoi que vous aimez beaucoup et donc l’accès vous est plutôt rare, soit que vous ne puissiez pas le manger souvent, soit que vous soyiez au régime par exemple.

Vous attendez avec impatience le moment où vous allez pouvoir déguster ce plat ou ce gâteau qui vous manque tant.

Et enfin, l’occasion se présente !

La date est prévue depuis des semaines, vous vous en faites une joie d’avance.
Et le jour J, accompagné-e d’un/une ami-e de votre conjoint/compagne, de qui vous voulez, vous voilà parti en quête de votre madeleine de Proust.

Mais patatras quand vous voulez passer commande, on vous annonce

Ah non désolé, nous n’en avons pas ce soir !

Grrrrr … je vous entends râler d’ici :

Ah les boules !!!! C’est pas possible ça ! C’est pas normal !

Qu’est-ce qu’une émotion ?

Votre contrariété est née du fait que la situation ne s’est pas déroulée tout à fait comme vous l’aviez imaginé/prévu/espéré.

Et c’est là une définition assez exacte de ce qu’est une émotion :

L’émotion nait spontanément de la confrontation – réelle ou imaginaire – avec une situation qui ne se déroule pas tout à fait comme prévu.

Dans cette définition, il y a plusieurs points importants :
la spontanéité : l’émotion est en-dehors du contrôle volontaire. On ne peut pas décider de ne pas ressentir une émotion, de ne pas être triste, de ne pas avoir peur, de ne pas être en colère, de ne pas ressentir de la joie ou du plaisir. On peut décider comment gérer cette sensation mais non l’empêcher d’arriver.

la confrontation avec une situation : une émotion ne nait pas comme ça, de rien. Elle est provoquée par l’interaction avec notre contexte ou plus exactement par la différence entre ce que nous imaginions et ce qui se passe réellement. S’il ne se passe rien, si tout se passe exactement comme prévu, il n’y a pas d’émotion particulière. La joie par exemple nait quand les choses se passent MIEUX que prévu.

A quoi sert l’émotion ?

L’émotion est une réaction spontanée qui sert à déclencher des réactions de notre part afin de nous adapter rapidement à notre environnement.

Par exemple, la peur par exemple est indispensable à la survie. Sans peur, nos temps de réaction seraient trop longs et nous serions déjà morts !C’est le cas de toutes nos émotions.

L’émotion vise donc à nous aider et nous protéger. C’est de cette façon privilégiée que notre inconscient nous fait passer des messages sur ce qu’il perçoit de notre environnement : les risques, les plaisirs, les obstacles, …

L’émotion est donc vitale pour nous. De nombreux travaux montrent d’ailleurs que lorsque les fonctions émotionnelles sont atteintes, les individus ne sont plus en capacité de prendre des décisions : ils se mettent en danger ou prennent des décisions irrationnelles – un comble quand on y réfléchit !

Nous percevons les émotions au travers de plusieurs modifications physiologiques, cognitives et mentales : accélération ou ralentissement de certaines fonctions (battements de coeur, modification de certaines sécrétions hormonales, ralentissement de certaines fonctions comme la libido ou la digestion, …), hyperfocalisation cognitive et modification des pensées.

Ces modifications interagissent les unes sur les autres : lorsque mon coeur s’emballe, je peux avoir encore plus peur et me tenir à moi-même un discours encore plus affolant. Il s’agit donc d’un processus qui s’auto-régule – ou s’auto dérègle – en fonction de mes interactions avec moi-même et avec mon environnement.

L’émotion est donc un processus adaptatif spontané.

processus emotionnel

Note : vous pouvez cliquer sur les images pour les voir de façon plus nette.

Chercher à faire disparaitre une émotion purement et simplement sans en tenir compte, est donc à la fois impossible – l’émotion est un phénomène spontané hors du contrôle volontaire – et dangereux. Cela reviendrait à chercher à éteindre un signal d’alarme sans avoir cherché ce qui pouvait le causer.

Chaque émotion est porteuse d’un message mais cela sera l’objet d’un autre article ;-).

Le problème est que, quand l’émotion devient trop intense, nous perdons aussi des capacités cognitives et devenons moins aptes à raisonner. C’est ce qu’on appelle l’envahissement émotionnel.

Thomas Gordon – dans «Leaders efficaces» – le décrit sous forme d’un ballon

A l’équilibre, voilà comment les choses se présentent :
ballon emotionnel equilibre

Lorsque survient un évènement qui suscite une émotion – très souvent donc – l’émotion monte et la partie réflexive du cerveau devient moins accessible. Ce qu’on peut symboliser comme ça :

ballon emotionnel envahissement

 

La question est donc

Comment revenir à l’état d’équilibre où l’émotion peut être gérée et où l’on peut à nouveau se comporter de façon aussi rationnelle que possible ?

Revenons à votre repas de tout à l’heure : donc vous êtes furieux que votre plat favori ne soit pas là. Vous enragez vraiment et vous commencez à râler

mais qu’est-ce que c’est que cet endroit qui n’assure pas la carte prévue ?
mais enfin ce n’est pas possible !

Imaginez maintenant que la personne qui est avec vous vous dit

oh mais tu ne vas pas nous faire un fromage pour un gâteau !!! tu exagères !

ou bien encore :

mais pourquoi te mets-tu dans un état pareil enfin ?

Bon alors là, non seulement vous êtes encore frustré de ne pas avoir eu votre plat ou votre gâteau mais en plus vous êtes furieux contre la personne qui vous accompagne et qui, décidément, ne comprend rien à rien !!!

Ces réactions de votre entourage ne font pas baisser l’émotion, au contraire. Et parfois nous n’avons besoin de personne : nous nous envoyons à nous-même ce genre de message :

Tu n’as aucune raison de ressentir ce que tu ressens !

Tu as tort de ressentir ce que tu ressens !

Alors que si la personne en question vous dit :

C’est vraiment frustrant d’avoir attendu si longtemps et de ne pas pouvoir avoir ce que tu voulais !

On se sent déjà un peu mieux compris et cela soulage un peu. On est encore frustré mais le niveau de l’émotion commence à redescendre : quelqu’un nous comprend, ouf !
Le ballon commence à se dégonfler … et on va pouvoir commencer à relativiser.

Que faire face à quelqu’un qui est visiblement sous le coup d’une émotion ?

Le processus émotionnel fonctionne de la même façon pour des adultes ou des enfants.

Le processus de « dégonflage » du ballon passe donc par 2 choses :

  • reconnaitre l’émotion (ce qui peut suffire dans pas mal de situations)
  • la mettre en lien avec le contexte qui l’a provoquée

Cela permet plusieurs choses :

l’émotion est reconnue et légitimée : elle se calme car elle est prise en compte

la personne se sent comprise et entendue : elle se calme car elle sent qu’on ne va pas essayer de lui interdire de ressentir ce qu’elle ressent et elle peut espérer un vrai soutien.

ecoute active

Pour les enfants, ce dernier point est particulièrement important : parfois les enfants sont dépassés par l’émotion qu’ils ressentent. Elle les inquiète car ils ne la comprennent pas. Ils se demandent si c’est normal de se sentir comme ils se sentent.

Leur faire ressentir que leur émotion est légitime, qu’ils ont de bonnes raisons de ressentir ce qu’ils ressentent, est une façon de les rassurer profondément sur leur « normalité ». C’est particulièrement vrai lorsque les enfants ressentent de la peur. J’en avais déjà parlé par ici notamment.

Evidemment, l’émotion ne légitime pas tous les comportements. Comme le dit très bien Haim Ginott :

Toutes les émotions sont légitimes, tous les comportements ne sont pas acceptables.

Un enfant a le droit d’être en colère, il ne peut pas taper pour autant par exemple. Mais sa colère ne se calmera que si elle est reconnue et entendue, que si elle réussit à faire passer son message.

Il y a mille façons de faire de l’écoute active : on peut le faire de façon très formelle en verbalisant exactement le processus comme indiqué plus haut :

C’est frustrant de ne pas avoir ce qu’on veut alors qu’on avait attendu si longtemps !

Ca peut faire peur de voir une drôle de bête comme ça !

Ca rend triste de perdre un ami.

Ou on peut le faire de façon plus imagée comme je l’avais décrit dans l’article « de l’utilité d’implanter une usine dans mon salon ».

Mais on peut aussi le faire de façons bien différentes encore … La suite dans mon prochain article à propos de « la question (presque) magique » (à paraitre dans les prochains jours !)

Les articles du « Guide des Emotions » :

La peur, signal d’alarme

La colère, cette inconnue qui vous veut du bien

Quelques livres pour aller plus loin (si vous ne voyez pas les liens ci-dessous, c’est parce que votre navigateur bloque les publicités et considère ces liens venant d’Amazon comme de la publicité) :



Photo Credit: D.o.M.e.N.i.C.o (memmo77) via Compfight cc

  1. Bonjour,

    Votre article est intéressant car soulève de notre habitude constante à vouloir atténuer les émotions des autres, pour notre propre confort!!!
    Une question me viens à la lecture de votre 1er schéma: vous dites que les émotions nous permettent de nous adapter à une situation de non contrôle. En quoi le permettent-elles puisqu’au contraire, incontrôlables par nature, elles sont la résultante de cette situation non contrôlée et nous font souvent de réagir de façon trop spontanée et parfois même inadaptée? D’où l’importance parfois de « reprendre ses esprits » avant d’agir.

    J’adore votre blog, il m’aide beaucoup au quotidien car m’a ouvert la voie d’une autre communication… D’ailleurs je l’ai conseillé à plusieurs amies 😉 juste Merci.

    • Merci pour le compliment à propos du blog.

      Concernant le paradoxe des émotions, j’y reviendrai dans d’autres articles car ça demande un peu plus d’explications que ça ;-).

  2. FAVRE Séverine a dit :

    « Chaque émotion est porteuse d’un message mais cela sera l’objet d’un autre article » oui mais quand?
    Merci pour tout: j’apprends chaque jour grâce à vos petits mots si bien détaillées et surtout accessible à tous, et sur chaque ID j’essaie de m’appuyer tant tout parait limpide et logique…et juste pas possible autrement. Bref j’attends toujours vos petits mots avec impatience et bonheur pour notre famille!

  3. Marianne a dit :

    Hello Sandrine,
    As tu déjà fait l’article sur le thème ‘chaque émotion est porteuse d’un message’ ?
    Si oui, ou est il ? Je ne le trouve pas
    Et si non, en voilà une idée pour un prochain article
    😉
    Bises
    Marianne

  4. J’adore votre blog, il m’apporte beaucoup au quotidien et il renforce mes convictions sur la possibilité d’une communication harmonieuse en famille!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>