Les problèmes de couple sont une partie importante de mon activité, que les gens viennent ensemble pour une difficulté dans le couple, ou seuls pour aborder avec moi une problématique qui rejaillit sur leur couple ou sur leurs relations amoureuses.

Et dans ces problématiques de la relation amoureuse, la question du désir revient souvent, franchement affirmée ou en filigrane. Parce que le couple, c’est aussi la rencontre de 2 désirs.

Or ces désirs sont parfois maltraités, par l’un ou par l’autre, parfois par les 2.

Nous voudrions que l’autre nous désire – et nous voudrions désirer – sur commande, quand ça nous chante, quand ça nous arrange …

Or le désir est comme un oiseau magique et magnifique.

Un oiseau qui peut prendre de multiples formes, qui se transforme au fil de sa vie et à sa guise, selon ses envies.

Par moments, il est comme un paon, portant des couleurs vives, de longues plumes, une parure incroyablement riche et colorée. Dans ces moments-là, il fait la roue, se montre, parade, …

Et puis par moments, il est un petit oiseau vif et enjoué, un peu timide, se cachant mais apparaissant de ci de là.

A d’autres moments, il est gris et terne, il se montre peu mais vient de temps à autre.

A d’autres moments, on ne sait pas où il est, il se cache dans des lieux restés inconnus, que personne n’a jamais su découvrir. Mais il finit toujours par revenir sous une forme ou une autre.

Cela fait partie de son cycle de vie normal, il a besoin de ces moments plus gris pour redevenir plus flamboyant encore par la suite.

Certains spécimens sont plus souvent au cours de leur vie gris et ternes, d’autres sont plus souvent flamboyants. Nul ne sait ce qui régit cela.

Certains pensent qu’ils devraient être flamboyant et magnifique tout le temps, que lorsqu’il a ses plumes grises, qu’il se montre peu, c’est qu’il va mal, qu’il a besoin d’aide. C’est parfois vrai, mais pas toujours.

Chaque oiseau a son propre cycle et décide de sa propre évolution au rythme qui lui convient à lui, et à nul autre.

Parfois certains chasseurs d’oiseau essaient de le débusquer, le pourchassent, le guettent, l’appellent même. Ils veulent le voir. Mais plus encore, bien intentionnés, ils croient le guérir en faisant cela : ils veulent lui montrer leur intérêt pour l’inciter à se montrer sous ses plus belles parures.

Mais ce qu’ignorent ces chasseurs bien intentionnés, c’est qu’essayer de forcer l’oiseau de désir, essayer de le faire changer le fait fuir à coup sur. Il devient encore plus gris, plus terne, se cache encore plus.

Parfois même, lassé d’être pourchassé, effrayé d’être mis en cage, il tombe inerte, comme mort. Et plus on le touche, plus on essaie de le ranimer, plus la vie s’enfuit de lui et plus il risque de mourir vraiment.

Mais comme le phoenix, il peut renaitre de ces cendres si on lui prodigue les soins appropriés.

L’oiseau ne se montre et ne se laisse approcher que par celui qui sait lui plaire, le séduire,  lui montrer sa bienveillance tout en lui garantissant sa liberté.

Sauvage et fier, l’oiseau de désir ne se laisse jamais apprivoiser, c’est lui qui choisit, en tout temps et tout lieu, à qui et quand il se montre.

Et vous, comment traitez-vous votre oiseau ?

Et celui de votre compagne ou de votre compagnon ?

Pour plus de ressources autour du couple – articles d’autres blogs, vidéos, … – retrouvez ma « revue de Web » par ici.

  1. Très belle métaphore, extrèmement réaliste, et non moins diffiile à mettre en pratique, quand le paon a aussi tellement envie qu’on le regarde, l’admire, le touche et qu’il puisse partager ses belles couleurs avec tous ces oiseaux gris…

    La vie est faite de beauté, et il faut toujours lui permettre d’irradier le monde.

    La vie est ausi faite d’ombre, et il faut savoir attendre le lever du jour, où le soleil rayonnera à nouveau.

    Mais qu’il est dur parfois de ne pas vivre, même la nuit !!

    • La nuit, on ne vit pas ou on vit juste différemment 😉 ?

      Et je ne suis pas sure que la vie la nuit soit moins intense et moins riche. Comme le disait mon prof d’optique, on voit mieux les détails dans la pénombre qu’ébloui par le soleil du midi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>