Comment désamorcer le conflit avec mon enfant ?

« Comment désamorcer le conflit avec mon enfant ? ». Voici une courte réponse en vidéo, quelques éléments en plus … et pas mal de ressources complémentaires.

Désamorcer un conflit avec un enfant, c’est très simple 🤣

Dans le principe, désamorcer un conflit est d’une simplicité enfantine … Et c’est bien ce principe que je rappelle dans ma vidéo :

Voici la retranscription de la vidéo pour ceux et celles qui préfèrent lire :

Un conflit c’est comme un match de tennis. Tant qu’on est deux à taper dans la balle, le match continue.

Pour que le match s’arrête, il suffit que l’un des deux partenaires arrête de renvoyer la balle.

Avec les enfants, c’est exactement la même chose : pour que le conflit s’arrête, l’un des 2 doit arrêter de l’alimenter.

Peut-être qu’il va falloir renoncer à un objectif à court terme pour pouvoir arrêter le conflit.

Par exemple si ce qui alimente le conflit de notre côté, c’est notre réaction à des attitudes d’opposition ou insolentes, peut-être qu’il va falloir plutôt que sur la forme.

Si l’objectif, c’est de FAIRE quelque chose (être à l’heure, s’habiller, etc), peut-être qu’il va falloir réfléchir à comment on peut s’organiser complètement différemment pour éviter de se retrouver en conflit.

Résoudre ou désamorcer un conflit, telle est la question

Vous l’aurez compris : désamorcer un conflit est relativement simple, il suffit de laisser tomber ce qui l’alimente.

MAIS ce n’est simple qu’en apparence : beaucoup de choses peuvent nous empêcher de lâcher.

En tant qu’adultes, on se préoccupe de l’éducation qu’on donne à nos enfants. On se demande ce qu’ils vont devenir s’ils continuent comme ça 😀 !!!

Ce qui va alimenter le conflit, c’est alors notre volonté de faire cesser des attitudes insolentes et les comportements de crises.

On peut aussi avoir une contrainte à court terme : aller à la garderie, à l’école, etc. Et l’opposition du petit (ou de l’adolescent !) nous empêche là aussi d’atteindre notre objectif à court terme.

En bref : nos tentatives pour faire passer notre message éducatif à ce moment-là entretiennent le conflit.

Désamorcer le conflit consiste donc à laisser tomber cet objectif sur le moment. Ca va nous éviter l’escalade de la crise (donc le conflit).

Mais évidemment, lâcher à court terme marche rarement sur le long terme.

Il se peut que l’enfant – voyant que vous laissez tomber – cesse son attitude d’opposition et fasse ce que vous lui demandez.

Mon fils est un champion du monde de ce genre d’attitude, même encore maintenant : il dit non, il s’oppose, il trouve tous les arguments possibles pour contredire mon point de vue … et si on le laisse tranquille, il réfléchit et il finit par faire ce qu’on lui a demandé.

J’ai de nombreux exemples en famille ou avec des groupes d’enfants où les tensions vont s’apaiser si on laisse le temps à l’enfant ou au jeune de décider par lui-même.

Un simple « je te fais confiance, je sais que tu sais ce que tu as à faire maintenant » suffit alors pour résoudre les disputes de manière pacifique.

Dans ce cas le conflit est résolu.

Ou plus justement : rentrer dans l’opposition aurait créé un conflit inutile.

Mais, vous l’aurez compris, dans de nombreuses situations, cette attitude ne résoud pas le problème.

Lâcher sur le moment va désamorcer le conflit mais pas le résoudre

Au quotidien, lâcher sur la relation quand le conflit apparait peut entretenir le problème.

L’enfant ne fait alors pas les apprentissages nécessaires à un changement d’attitude. Le problème se reproduit encore et encore.

Pour bien résoudre, il faudrait définir ce qui est appelé conflit ici. Sinon les meilleures astuces de magazine de parentalité ne serviront à rien 🤣.

Comment désamorcer le conflit avec mon enfant … ou plutôt comment le résoudre, quelques astuces concrètes

Pour résoudre le conflit, notamment s’il est bien ancré, vous serez amenée à faire les choses différemment.

« La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. »

Albert Einstein

Un exemple classique : l’enfant se met à pleurer, crier et se rouler par terre lorsqu’on lui impose une contrainte. Le conflit peut monter en escalade :

  • quand on lui dit toujours de se calmer = il va alors falloir montrer de l’écoute et de l’attention pour son émotion. Voir cet article : « « t’es qu’une conne », comment gérer la violence d’un enfant »
  • quand on cherche systématiquement à apaiser son émotion (ça peut le rendre plus émotionnel). Voir cet article : « qui trop écoute mal aide« 
  • quand on lui dit de se calmer mais que ne pas se calmer ne change pas grand chose (le message implicite est alors « ce serait bien si tu changes mais si tu ne changes pas, ce n’est pas grave, tu peux continuer comme ça ».

De nombreux conflits dégènèrent parce qu’on ne s’est pas donné le temps ou l’autorisation de faire autrement.

Un exemple : votre enfant refuse de s’habiller le matin. Vous insistez, par peur du regard des autres, par peur que l’enfant aie honte ou soit harcelé s’il n’est pas correctement habillé, parce que vous avez peur d’être en retard, ou pour des tas d’autres raisons.

Résoudre un conflit demande de la créativité … et une prise de risque.

Si je ne veux pas prendre le risque de « perdre », je ne peux pas changer ma gestion des conflits. Conflits qui vont alors inévitablement perdurer, voire s’amplifier et se rigidifier.

Le manque de temps et/ou la peur vous obligent à rentrer dans le rapport de force.

En accompagnement, beaucoup de situations sont résolues simplement en se donnant du temps : les parents acceptent de réveiller les enfants 15 mn plus tôt ou modifient l’organisation du matin par exemple (voir l’article « Dégoupiller les bombes du matin »).

Et sur la question de l’habillage, rien n’est plus efficace que de se montrer à l’aise avec l’idée que l’enfant aille à l’école en pyjama …

Quand il n’y a plus d’opposition, l’enfant se retrouve responsabilisé : il doit faire face seul aux conséquences de ses choix (et 9 fois sur 10 il choisit de s’habiller 😀 .. j’en parle dans l’article sur les bombes du matin cité plus haut ⬆️).

Quelques ressources pour aller plus loin :

Sur ce blog, en plus des articles déjà cité plus haut :

Si vous vous sentez coincée dans un conflit, les émotions en jeu peuvent rendre difficile la résolution : la colère, la peur, la culpabilité et bien d’autres choses encore peuvent compliquer la donne. Quand on n’en peut plus de l’opposition systématique, il devient de plus en plus difficile de lâcher quoi que ce soit alors que c’est la voie pour changer …

Dans un cas, un accompagnement parental peut vous être très utile pour trouver une nouvelle voie plus « écologique » = qui vous coûtera moins d’énergie et vous apportera plus d’apaisement.

Si vous aussi vous voulez me poser des questions, rendez-vous sur mon profil Instagram et surveillez mes stories pour voir la prochaine session de Questions / réponses 🙂

Cet article vous a été utile ?

Vous pouvez m’aider à en publier encore plus en contribuant sur Tipeee, une plateforme de pourboire participatif pour les producteurs de contenu.

bouton pour faire un don sur Tipeee, plateforme de pourboire participatif

Vous pouvez aussi commenter, partager et liker cet article sur les réseaux sociaux. Et aussi vous abonner à ma newsletter pour recevoir encore plus de ressources autour de la psychologie, de la parentalité et du couple :

Sandrine Donzel

Parentalité, couple, communication, développement personnel ? Votre vie ne ressemble pas à ce qui est décrit dans les livres ? Pas de panique et bienvenue dans la VRAIE VIE, celle qui est abordée sur ce blog ! Je vous y propose des outils concrets, pragmatiques et REALISTES pour répondre à vos interrogations. Bonne lecture !

Sandrine Donzel has 725 posts and counting. See all posts by Sandrine Donzel

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :