7 mythes éducatifs démontés !

De nombreux mythes éducatifs circulent dans nos têtes de parents. Mais c’est quoi au juste un mythe éducatif ? C’est une croyance, un raisonnement, une façon de voir les choses en lien avec l’éducation, les besoins des enfants. Et c’est un mythe car ces façons de voir ne sont pas confirmés par les observations scientifiques sur le terrain. Alors tout comme la science nous a permis de comprendre que le soleil ne tournait pas autour de la terre, la science peut aussi nous aider à déminer quelques mythes éducatifs …

J’ai choisi 7 mythes éducatifs, tous démonté par les observations scientifiques sur le comportement des enfants. Je vous les présente aujourd’hui dans cet article !

Mythe éducatif n°1 : Les punitions font changer les mauvais comportements

C’est un mythe très répandu … et entretenu par une illusion. En effet, lorsqu’on utilise la punition, on

mythe éducatif : les punitions font changer les mauvais comportements
waldryano / Pixabay

obtient généralement un arrêt sur le moment du comportement problématique. Cet arrêt n’est malheureusement que temporaire. L’enfant s’adaptant rapidement à la punition, l’intervalle de suspension du « mauvais » comportement se réduit avec le temps. L’enfant sera peut-être arrêté 2 heures la 1e fois, puis 90 minutes la fois suivante, puis 1 heure et ainsi de suite (de nombreux travaux scientifiques permettent de constater cet effet d’adaptation).

Nous voilà vite embarqué dans l’escalade de la punition : si le comportement se reproduit plus rapidement, c’est que notre punition n’est pas assez forte croyons-nous. Donc nous en augmentons l’intensité sans remettre en question la punition en elle-même.

Malgré cette escalade, nous nous disons que c’est ce qu’il faut faire pour éduquer les enfants …

Mais ce n’est pas tout à fait vrai ! Certes, les punitions peuvent avoir leur utilité. Cependant la punition en elle-même – dans son usage classique – est très peu efficace pour provoquer un changement de comportement. Pourquoi ? Parce qu’elle n’apprend pas à l’enfant ce qu’il faut faire et ne renforce pas les comportements qui vont dans le bon sens (ce qui est l’attitude efficace pour faire évoluer les choses).

La punition a aussi des effets secondaires qui peuvent grandement nous compliquer la tâche : elle augmente l’agressivité de l’enfant ; elle le conduit à chercher à mentir et à éviter de se faire prendre ; elle l’amène à s’adapter, ce qui la rend rapidement inefficace.

La punition ne décourage pas l’inconduite. Elle ne fait que rendre le coupable plus prudent dans l’accomplissement de ses crimes, plus adroit à dissimuler ses traces, plus habile à éviter qu’on le détecte. Quand un enfant est puni, il prend la résolution de devenir plus prudent, non celle de devenir plus honnête et plus responsable. – Haim Ginott

A lire aussi : Punir, ça sert à quoi ?

Mythe éducatif n°2 : L’apprentissage passe par la répétition

Là aussi la science nous montre clairement que revenir sans cesse à la charge rend MOINS PROBABLE la comportement souhaité. Comme la punition, la répétition devient vite aversive. Elle encourage l’enfant à s’échapper physiquement et mentalement de la personne qui répète sans arrêt, un peu comme ça :

via GIPHY

Pour les parents, la répétition devient vite épuisante. Et plus nous répétons, plus nous sommes énervés, plus nos demandes deviennent agressives … Ce qui est pile l’inverse de ce qui fonctionne ! Plus nous sommes agressifs et énervés, moins nous avons de chance que le comportement de l’enfant change.

En réalité, c’est surtout le contexte de la demande qui va favoriser l’apparition d’un comportement !  Il vaut donc mieux formuler moins de demandes tout en les formulant mieux …

La répétition peut avoir son utilité … à condition de savoir quoi répéter et comment !

A lire aussi : mieux communiquer : l’éléphant rose et la girafe bleue

Mythe éducatif n°3 : Expliquer à l’enfant POURQUOI un comportement n’est pas souhaitable le fera changer ce comportement

Nous sommes là encore piégés par de fausses idées sur le fonctionnement de notre cerveau. Nous accordons de bien trop grandes capacités à notre part consciente et nous minimisons les processus

mythe éducatif : donner des explications va faire changer le comportement de l'enfant
mary1826 / Pixabay

émotionnels inconscients.

Savoir POURQUOI il ne faut pas faire ceci ou cela ne suffit déjà pas à changer les comportements chez les adultes.

Vous ne me croyez pas ? Comment expliquer alors que des adultes parfaitement informés sur les maladies sexuellement transmissibles continuent de ne pas utiliser de protection durant leurs rapports ? Ou plus prosaïquement, pourquoi continuez-vous à piocher dans le paquet de M&M’s alors que vous n’avez plus faim, que vous savez pertinemment que ce n’est pas bon pour pour la santé ni pour la ligne ? Ou encore pourquoi continuez-vous à fumer alors même que vous savez que vous y laissez une bonne partie de votre argent et que vous vous pourrissez la santé ? Ou encore pourquoi ne faites-vous pas plus souvent du sport alors que vous pourriez au moins 10 minutes chaque jour pour en faire ?

Bref, vous aurez compris ma démonstration …

Si les explications ne suffisent pas aux adultes, comment pourraient-elles être suffisantes pour les enfants, alors qu’ils ont des capacités de maitrise de soi bien inférieures à celles des adultes ?

Comme la punition, ou certaines répétitions, les explications peuvent être utiles (et fonctionnent parfois). Mais si vous les avez déjà données plusieurs fois, il est utile de les réitérer : ce n’est pas ça qui coince !

A lire aussi : pourquoi les explications ne fonctionnent pas avec mon enfant

Mythe éducatif n°4 : Trop de compliments vont gâter l’enfant

Les compliments sont une des façons les plus efficaces d’influencer les enfants. C’est un ingrédient essentiel pour améliorer un comportement.

mythe éducatif : trop de compliments vont gâter mon enfant
OpenClipart-Vectors / Pixabay

Mais ce mythe est basé plutôt sur une mauvaise compréhension du compliment. Selon la façon dont ils sont formulés, les compliments peuvent aussi dégrader le comportement de l’enfant !

Les compliments évaluatifs – « tu es si gentil ! », « tu es tellement intelligent », … –  sont typiquement dans cette catégorie. Nous avons aussi tendance – par peur de trop gâter l’enfant avec des compliments – à rajouter une remarque, un « c’est bien mais … ». Cette 2e partie de phrase annule tous les bénéfices du compliment …

A lire aussi : Faire un compliment à un enfant

Mythe éducatif n°5 : Si l’enfant a fait 1 fois ou 2, il peut le faire régulièrement

Notre tendance naturelle à l’optimisme nous conduit à croire qu’un enfant qui a produit occasionnellement un comportement va pouvoir le reproduire régulièrement. Ce qui ne se produit pas. Et qui nous agace prodigieusement ! Nous commençons alors à nous persuader que si l’enfant ne le fait pas plus régulièrement, c’est qu’il se moque de nous ou qu’il ne veut tout simplement pas.

mythe éducatif : l'apprentissage passe par la répétition
picjumbo_com / Pixabay

Or la science nous démontre là aussi le contraire : pour qu’un comportement se reproduise

régulièrement, il est nécessaire de s’entrainer.

Rien d’étonnant à cela là non plus si on y réfléchit bien … Est-ce que vous faites du sport chaque jour ? Vous en avez l’intention, vous essayez de vous organiser pour mais ça ne marche pas à tous les coups n’est-ce pas ?

Il peut être aidant pour les parents de se rappeler que la régularité d’un comportement suppose que ce comportement est devenu automatique, sans que cela ne lui demande trop d’efforts. Cela suppose un apprentissage. Et qui dit apprentissage dit contexte encourageant et appétitif, encouragements pour persévérer quand on n’y arrive pas et félicitations quand ça marche !

Autre illusion : ce qui est appris n’est pas spontané. Erreur, ce qui n’est pas spontané, c’est simplement ce qui est en train d’être appris. (…) Ce qui a été appris dans un premier temps peut parfaitement devenir spontané dans un second, C’est même la caractéristique de tous les apprentissages réussis. – Christophe André

A lire aussi : Ce qu’on ne vous dit pas sur la motivation

Mythe éducatif n°6 : Les autres enfants n’ont pas besoin d’entrainement donc ce n’est pas nécessaire pour celui-ci

« Mon autre enfant n’a pas eu besoin de tout cela pour apprendre à faire sur le pot, ranger sa chambre ou faire ses devoirs. Alors pourquoi diable devrais-je changer ma manière de faire pour celui-ci ? » Voilà une question bien fréquente … et très frustrante pour les parents !

mythe éducatif : tous les enfants ont les mêmes besoins éducatifs
rawpixel / Pixabay

Les autres enfants – ceux des autres, ou bien les nôtres, frères et soeurs – sont différents les uns des autres. Là aussi la science nous montre combien nous sous-estimons les différences entre nos enfants, y compris dans la même fratrie, y compris du même âge, y compris pour des jumeaux !

Il se peut donc bien que cet enfant-ci requière un peu plus d’attention et de précision que celui-là 🙂 …

A lire aussi : Faire plier l’enfant rebelle

Mythe éducatif n°7 : Mon enfant est juste manipulateur !

La première hypothèse qui nous vient à l’esprit quand un enfant ne fait pas ce que nous lui demandons, c’est qu’il se moque de nous, qu’il nous manipule ou « cherche les limites » (les limites de quoi , je me le demande encore !!!).

Là encore, les observations scientifiques montrent que les enfants ne sont pas plus

mythe éducatif : mon enfant est manipulateur
kellepics / Pixabay

manipulateurs que la moyenne de la population !!! Tout porte même à penser qu’ils le sont bien moins que les adultes puisque leurs capacités à anticiper le comportement d’autrui sont très réduites jusqu’à un âge assez avancé !

Une recherche édifiante : un enfant joue à un jeu libre. Un expérimentateur adulte vient interagir avec l’enfant pendant son jeu. Certains adultes ont pour consigne de complimenter systématiquement (100% du temps) les actions « correctes » = l’enfant utilise adéquatement le jeu. D’autres adultes ont pour consigne de complimenter cette action 50% des occurrences. Et le dernier groupe ne doit pas complimenter du tout cette action.

Durant la phase d’apprentissage, l’enfant joue dans une pièce isolée et les adultes se succèdent, chacun appliquant leurs consignes. L’enfant retourne ensuite dans une classe normale. Les différents adultes ayant pris part à la phase d’apprentissage interviennent alors successivement dans la classe.

Que se passe-t-il alors ? Lorsque les enseignants qui ont complimenté 100% du temps les « bons » comportements sont présents, les enfants se comportent bien en classe. Avec ceux qui complimentaient 50% du temps, le comportement de l’enfant était jugé acceptable … Avec le dernier groupe – qui ne complimentaient jamais les enfants – l’enfant était ingérable.

En réalité, les enfants ne nous manipulent pas. Ils font ce que nous les entrainons à faire …


Posez vos questions pour le prochain SOS S Comm C

Tous les mercredis à 9h30, je tire au sort une question parmi celles qui me sont envoyées par mail. J’y réponds en vidéo en direct sur la page Facebook de S Comm C.

Vous voulez poser votre question ou assister au prochain SOS S Comm C ? Alors c’est par ici !


Pour nous retrouver et/ou nous soutenir :

*** Pour recevoir chaque semaine nos ressources gratuites sur les émotions et les relations et être informé-e des nouveaux articles du blog , c’est par ici !

*** Pour découvrir toutes nos activités (ateliers, conférences, …), c’est là.

*** S Comm C propose aussi des accompagnements afin de vous aider à vous sortir de ces situations bloquées et difficiles. Les accompagnements sont possibles IRL sur plusieurs lieux en Rhone Alpes et à distance via Skype ou Facetime. Vous pouvez prendre rendez-vous directement en ligne par ici. Pour plus d’informations, contactez Lara par email : lara@scommc.fr.Vous pouvez aussi la contacter si vous souhaitez une intervention autour des violences entre enfants (conférence, formation, etc) … ou un autre sujet 🙂 !

*** Nous rejoindre sur les réseaux sociaux et bénéficier des ressources complémentaires proposées là-bas :

*** Et si vous appréciez nos ressources faites-le nous savoir en nous offrant un café sur Tipeee !


Mythes éducatifs : pour aller plus loin

Sur ce blog :

Quelques livres (liens affiliés)

Sandrine Donzel

Inspiratrice de bienveillance ... envers les autres et envers soi-même :-) ... Coach, formatrice, conférencière et auteure du blog S Comm C

Sandrine Donzel has 532 posts and counting. See all posts by Sandrine Donzel

2 pensées sur “7 mythes éducatifs démontés !

  • 28 mai 2018 à 18:52
    Permalink

    Bonjour Sandrine, comment faire en tant qu’enseignante de maternelle pour contourner les 3 premiers mythes? Je tiens à préciser que j’ai 30 élèves. Je vous suis depuis bien longtemps maintenant et je suis fan 😉

    Répondre
    • 28 mai 2018 à 19:13
      Permalink

      Bonjour 🙂 … Les réponses seraient sans doute un peu longues et mériteraient un (ou plusieurs) article(s).
      Cependant quelques pistes :
      – pour la punition, lire « parler pour que les enfants apprennent » de Faber et Mazlish peut être très aidant. Les auteures y donnent des pistes très claires sur les façons d’éviter la punition, afin de contribuer à responsabiliser les enfants. Il y a aussi, avec les maternelles, des aménagements de contexte à faire qui peuvent les aider (un coin d’apaisement, mélanger les âges lorsque c’est possible, instaurer une éducation émotionnelle dès la rentrée avec le baromètre des émotions, …). La priorité en maternelle – de mon point de vue – devrait être de consolider et de faire progresser tous les apprentissages émotionnels. Ils constituent le socle qui va rendre tout le reste possible (relations avec les autres, apprentissages, …). Le livre « une discipline sans drame » est aussi très intéressant à ce sujet.
      – Pour la répétition, l’apprentissage suppose de revenir plusieurs fois sur une notion … pas de la répéter sans cesse toujours de la même façon ou de façon désagréable. Il s’agit donc de revenir sur le sujet de plusieurs façons différentes. Pour les consignes, tout ce qui constitue un contexte appétitif – les chanter plutôt que les dire, les dessiner, faire appel à la réflexion des enfants, etc – peut aider à éviter de répéter. Plus la consigne est donnée de façon sympathique et rigolote, mieux elle sera respectée et plus elle sera ancrée durablement.
      – Pour les explications, elles doivent être données au moins une fois (2/3 fois on peut aussi 🙂 …). Ensuite, si l’enfant est capable de dire ce qu’il doit faire mais ne le fait pas, c’est qu’il y a un entrainement à avoir. J’en avais parlé sur l’article de « mon enfant est un voleur ».

      Il y a pas de mal de bouquins en anglais sur le sujet très intéressant. Je peux vous donner des références si vous lisez l’anglais :-).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :