15.07.13 citation woody allen vie maladie mort sexe« La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible. » – Woody Allen

Vous allez rire – ou pas ūüôā … – mais je trouve que cette citation devrait se passer de commentaires. Elle est tellement parlante en soi qu’elle n’a pas vraiment besoin qu’on rajoute quoi que ce soit.

(Mais puisque l’exercice que je me propose de faire chaque lundi est de commenter une citation, il va bien falloir que je m’y colle malgr√© tout :-D).

La vie est une maladie : o√Ļ l’on parle du sens de la vie

Je crois que cette phrase nous parle en premier lieu du sens de la vie. La vie, comme une une maladie, n’a pas de sens, m√™me si nous aimerions bien qu’elle en ait un. Elle nous tombe dessus sans que nous l’ayons vraiment choisie. Elle nous fait vivre des choses pas forc√©ment agr√©ables et que nous n’avons pas le sentiment d’avoir choisies.

Je sais que certains pensent qu’il n’y a pas de hasard et que m√™me les maladies ne nous viennent pas sans raison. Je n’adh√®re pas √† cette croyance culpabilisante. Ce que je crois surtout, c’est qu’elle sert √† nous rassurer en mettant du sens sur les choses difficiles que nous pouvons vivre.

Ce que je vois dans mes accompagnements aussi, c’est que notre cerveau aime bien reconstruire du sens apr√®s coup, r√©-√©crire l’histoire pour rendre les choses plus logiques, plus acceptables pour sa part rationnelle. Souffrir pour rien est insupportable. Souffrir en se disant qu’il y a une raison, m√™me si nous ne la connaissons pas est moins douloureux.

Il est difficile de se dire que les choses n’ont pas de sens. Sauf si on part du principe que ce qui fait le sens de la vie, c’est de la vivre.

Je vous cite au passage une de mes citations favorites sur le sens de la vie : « quel peut √™tre le but de la vie, si ce n’en est la jouissance ? »

La vie est une maladie mortelle : o√Ļ l’on parle de la vie et de la mort

La vie se termine par la mort, ce qui n’est pas forc√©ment joyeux √† dire, mais qui rend de fait la vie mortelle.

C’est cette fin √† la fois terriblement pr√©visible et tellement impossible √† pr√©voir qui cr√©e la peur. Sans peur, il n’y aurait que du plaisir possible mais pas d’excitation. Parce que l’excitation est un m√©lange de plaisir anticip√© et de peur : je peux trouver du plaisir mais il y a des risques.

Tant que nous sommes vivants, tout est possible : tous les plaisirs, toutes les r√©alisations, tous les ach√®vements, … Mais la mort nous attend √† un moment que nous ne pouvons pas anticiper. Aurais-je le temps de faire en sorte de r√©aliser mes envies d’ici l√† ? Quels obstacles, quelles √©preuves, quelles douleurs l’impr√©visible vie va-t-elle mettre sur mon chemin ?

C’est sans doute justement cette fin – la mort – qui rend la vie tellement excitante aussi. Si nous avions tout le temps, vivrions-nous les choses de la m√™me fa√ßon ?

La vie est sexuellement transmissible : o√Ļ l’on parle de la vie et du sexe

La vie commence par un acte sexuel. C’est au cours de cet acte que se cr√©e le d√©but d’un nouvel √™tre humain. Sans sexe pas de vie, au moins au sens biologique du terme (parce que oui, on peut vivre sans sexe mais pas exister sans sexe).

Par le sexe, je transmets donc la vie, tout simplement. La vie est donc bien sexuellement transmissible.

Donc, de fait, la vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible ūüôā …

Cet article vous a plu ? Vous avez envie d’en savoir plus et de recevoir r√©guli√®rement des infos autour de ce sujet ? Alors cliquez ici !

Pour aller plus loin à propos de la vie, de la mort et du sens

Sur ce blog

 

Crédit Photo : Luiz Fernando Reis, licence Creative Commons 2.0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>