gérer le stress du matin avec des enfants : pendulesLes histoires de matin pressés, stressés, paniqués … sont fréquentes chez les parents. La plupart du temps, ça démarre assez bien. Puis progressivement, le temps passant, ça se stresse et ça s’énerve pour finir en apothéose de cris et de hurlements et/ou d’empoignades manu militari à l’heure H- 3 secondes – ou H+3 minutes chez certains …

Mais qu’est-ce qui fait des matins qui devraient être sereins de tels moments détestables ? Est-ce que ça ne pourrait pas juste se passer « bien » ?

Comment gérer le stress du matin avec des enfants ?

Tout se passe comme si un inexorable tic-tac se faisait de plus en plus fort dans nos têtes, comme une bombe menaçant d’exploser si nous ne sortons pas de la maison en temps et en heure.

Si c’était vraiment le cas, il serait logique que nous finissions en hurlements et en empoignades : c’est la bonne conduite à tenir quand un danger mortel nous menace. Mais attendez-voir … Y a-t-il vraiment un danger mortel qui nous menace chaque matin si nous ne sortons pas à temps de la maison ?

Un affreux monstre tapi au creux de la maison qui surgirait dès l’heure passée ? Un dragon infâme qui accueillerait les parents retardataires chez la nounou ou à l’école (encore que ça, ça peut être vrai à certains endroits 😉 …) ?

Non, en réalité, rien de tout cela.

La peur du jugement si nous sommes en retard oui certes. L’inquiétude de mal éduquer nos enfants si nous ne leur montrons pas qu’il est important d’être à l’heure, oui sans doute. Mais un danger vital, certainement pas.

Gérer le stress du matin avec des enfants avec un cerveau fait pour gérer les urgences vitales …

Le problème vient du fait que notre cerveau réagit face à une peur d’être en retard à peu près de la même façon que si nous étions face à une urgence vitale … et nous amène à avoir des conduites démesurées, et généralement inefficaces face aux enfants qui, eux, inconscients du danger de la pendule, vivent leur vie d’enfants.

Alors, une fois un peu de recul pris – et l’envie de prendre des risques inconsidérés assumée – nous pouvons éventuellement envisager d’agir autrement que comme si notre vie était en jeu.

Gérer le stress du matin avec des enfants 3 en points

Point 1 = le stress est contagieux

Le stress est contagieux : plus vous êtes excité, stressé, paniqué, plus votre enfant risque de l’être. Et s’il ne l’est pas, vous allez vous énerver encore plus.

Point 2 = trop de stress vous rend inefficace

Le stress vous rend inefficace si vous le laissez vous envahir. Un peu de stress stimule, trop de stress tue (parfois au sens propre). Et ça ne rend pas inefficace que vous : vos enfants aussi deviennent inefficaces quand ils sont trop stressés. Ils n’arrivent plus à faire des choses simples qu’ils maitrisent en temps normal, ils se mettent à papillonner, sont incapables de choisir entre un verre de jus de pomme et de jus d’orange, …

Mais il y a une astuce. C’est ma philosophe de fille qui me l’a dit récemment alors que j’avais oublié toutes ces bonnes résolutions :

« Maman, c’est quand on n’a pas le temps qu’il faut le prendre. »

16.06.16 gerer le stress du matin avec des enfants prendre le temps sandrine donzel

Cela signifie se recentrer sur ce qui est vraiment important … et oublier l’accessoire. Ces quelques secondes prises pour faire le point sur les priorités sont aidantes pour aborder les choses plus calmement.

Point 3 = les enfants réagissent mieux à la responsabilisation qu’à la contrainte

Ensuite, en voyant les choses du côté de l’enfant : les enfants réagissent généralement mieux à l’autonomie qu’à la contrainte.

Proposer des choix est souvent une option payante : « tu préfères t’habiller tout seul ou c’est moi qui le fais ? ». Utiliser des outils comme les timers – « quand le temps est terminé, tu dois être habillé » – ou des checks-lists, de préférence conçues avec les enfants sur un temps calme permet aux enfants de se dire à eux-mêmes ce qu’ils doivent faire plutôt que de se l’entendre dire par vous.

Si vous sentez l’énervement monter, il est souvent plus efficace de dire « je pense que tu sais ce que tu as à faire maintenant. En attendant, je vais me préparer » plutôt que vous mettre à hurler pour la 10e fois « mais va t’habiillllleeeeer !!!! »

Gérer le stress du matin avec des enfants : et si on lâchait prise ?

Et si vraiment, rien de tout ça ne fonctionne, pourquoi ne pas juste prendre le risque que l’enfant ne s’habille pas pour aller à l’école ?

Vous pouvez même prévenir la maîtresse ou la nounou que votre enfant risque de venir en pyjama les jours qui suivent parce que vous faites une expérience et que vous lui demandez de bien vouloir vous en excuser.

Il est assez impressionnant de constater que 9 enfants sur 10 s’habillent dans les temps quand on arrête de leur dire de le faire … et que le 10e va aller à l’école 1 jour avec son super pyjama tout neuf « qu’on dirait un jogging » et en plus jamais réitérer l’expérience …

Donc dégoupiller les petites bombes du matin suppose de prendre des risques – celui d’être en retard, celui d’être mal vu, … – mais hurler sur ses enfants en comporte aussi. Lesquels êtes-vous prêt à prendre ?

Et quitte à être en retard, on peut choisir d’être en retard en hurlant ou bien dans la sérénité 😉 …

Cet article vous a plu ? Vous avez envie d’en savoir plus et de recevoir régulièrement des infos autour de ce sujet ? Alors cliquez ici !

Pour aller plus loin à propos de gérer le stress du matin avec des enfants :

Sur ce blog :

Ailleurs sur le web :

logo no milk todayCet article est un exemple de ce que vous pouvez retrouver sur une des newsletter mensuelles de No Milk Today. C’est quoi « No Milk Today » ? Ce sont des box Montessori qui visent à développer l’autonomie de l’enfant dans plusieurs domaines – « En cuisine et à table », « Ma maison et moi », « prendre soin de soi » . Elles vont dans tout à fait dans le sens de permettre aux enfants de devenir plus autonomes et plus responsables (et donc aux parents d’être moins stressés 🙂 !). Avec chaque box, vous recevez, en plus du matériel Montessori, une newsletter pendant 1 an avec les articles de différents spécialistes (dont moi) pour vous donner plein de bonnes idées.

Et en plus, vous avez 10% de réduction avec le code SCOMMC ! Plus d’excuses pour ne pas commander (par ici …)

Quelques livres (liens affiliés) :

  1. Plus facile à dire qu’à faire je le crains: il y a le fait d’arriver devant l’école fermée (pour cause d’horaires ultra-restreints suite vigipipi), de devoir y attendre qu’on veuille bien ouvrir, subir les remarques de la personne qui ouvre, puis devoir lâcher le môme en quatrième vitesse parce que « vs ne pouvez pas rester dans l’école »…

    • oui je comprends bien qu’il y a des désagréments (cf le « dragon » de mon article) possibles. Je n’ai malheureusement pas de baguette magique :-/ … Je constate juste que, parfois, aller plus lentement permet d’aller plus vite ;-).

  2. .. bref, accepter de se laisser humilier tous les matins. Il est facile alors de reporter un peu de cette négativité sur son môme, même si on essaie d’y résister. Reste à tenter de mettre le réveil plus tôt, et de courir le risque de la panne d’oreiller.

    • camille a dit :

      Bonjour,
      Etant souvent seule por gerer mes deux enfants de trois et quatre ans, apres plusieues semaines de crises j’ai fini par me lever 10min plus tôt… je ne dis pas que je suis parfois en retard mais pas tous les jours..résultat je me sentais moins fatiguée car me début de la journée est plus cool…

      • J’essaie, avec plus ou moins de succès selon mon propre état de fatigue (je rentre assez tard à cause des transports ou d’engagements le soir).

  3. capucine a dit :

    Nous avons mis en place il y a peu la course chrono pour notre 7.5 ans afin qu’il s’habille seul, sans se laisser divertir … Et nous avons gardé le temps du gros câlin 🙂

  4. Bonjour Sandrine,

    Laisser son enfant aller à l’école en pyjama une journée a de bonnes chances de le motiver à s’habiller les fois d’après. Excellente technique 🙂

    Bonne journée

  5. Marie-Laure a dit :

    as-tu laissé une caméra dans ma maison? c’est mon impression quand je lis ton article… De mon côté, le plus gros problème c’est avec ma fille (6 ans) qui fait régulièrement des crises de blocage, genre les vêtements et la coiffure du jour ont été décidés la veille mais non le matin, elle change d’avis et parvient pas à trouver une autre alternative rapide. Je dois rester à côté, sinon c’est pire, elle dit non à tout ce que je lui propose, on prend du retard, si on arrive à trouver une solution c’est la coiffure qu’elle défait au dernier moment, car c’est moche, c’est pas ça qu’elle voulait, moment où le retard réel est effectivement une grosse source de stress pour moi. Je sens que le souci de départ est vraiment de son côté, qu’elle s’enferme seule dans une impasse en criant au secours et même si j’ai effectivement constaté que se fâcher fort, crier peut amplifier, rester calme n’aide pas non plus et je me sens souvent impuissante. En tous cas ton article tombe à pic! merci

      • J’ai parfois/souvent ce défaut de vouloir faire à la place de mon môme. Heureusement elle sait se défendre et gueule… du coup je m’en rend compte et lâche l’affaire.

        Mais j’aimerais ne pas faire l’erreur au départ: j’y arrive parfois mais pas toujours, ça m’énerve

    • Pistouche a dit :

      Je me permets de répondre, ce que décrit Marie-Laure ressemble très fort à certaines matinées chez nous.
      Le cas des changements de vêtements choisis la veille, c’est arrivé quelques fois. J’ai accepté tout en précisant que je ne voulais pas que ça devienne une habitude et de fait, c’est arrivé rarement.
      Le cas de la coiffure faite et à refaire, c’est arrivé aussi. J’étais furieuse et j’ai refait la coiffure en pestant. On a ensuite pris le temps d’en reparler sur le chemin: j’ai expliqué les raisons de mon énervement. Elle n’a plus jamais refait le coup.
      Sinon mon truc, c’est de prévoir de la marge. Le petit horaire du matin est calculé avec 15 minutes d’avance. Dans les bons jours, ma fille arrive un peu trop tôt et arrive donc un peu plus tôt que d’habitude à la garderie. Dans les mauvais jours, nous sommes tout juste à l’heure.

  6. Dans cet esprit :
    bizarrement, c’est quand on oublie de mettre le réveil et qu’on a moins de temps pour trainer qu’ils se préparent le mieux 😉
    J’ai testé pour vous la méthode de Sandrine… après tout, s’ils sont en retard par leur faute, c’est leur problème… c’est ce que je leur ai dit. Je ne m’énerve plus, ils sont prêts à l’heure ( sauf exception, à 2 mn près )

    nb : j’ai mis ça « en place » quand j’étais seule avec mes 3 garçons toute la semaine…. c’est possible 😉

  7. ce n est pas le fait de deposer l enfant a l ecole/chze la nounou en retard qui pose souci, c est que nous meme nous arrivions en retard au boulot, l employeur n est peut etre plus forcement bienveillant au 5è retard du mois

    • Si vous pensez que crier et vous énerver est le seul moyen d’arriver à l’heure, alors mieux vaut continuer à crier et à hurler. Cependant, vous ne saurez jamais s’il est possible d’être à l’heure sans crier ni hurler si vous n’essayez pas 🙂

  8. Nous avons déjà essayé le lâché prise, mais je trouve que parfois il se transforme malheureusement en menace, et que la limite me semble très faible. Un « Ok, si tu t’habilles pas, tu vas à l’école en pyjama » peut être interprété comme une menace ou un lâché prise. J’imagine que l’état d’esprit et l’intonation font beaucoup.
    Je me demande donc comment être dans le lâcher prise, et pas dans la menace ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>