Quelle est la différence entre angoisse et anxiété ?

Il y a quelques temps, on m’a posé la question suivante : « quelle est la différence entre angoisse et anxiété ?« . Tiens c’est vrai ça, c’est quoi la différence ? Et puis surtout : ça sert à quoi de savoir différencier angoisse et anxiété ? Est-ce que ça aide à être moins en mode panique ou stress ? La réponse est oui et je vais vous aider à y voir plus clair dans cet article.

Si vous préférez la version vidéo de cet article, elle est disponible ici :

Angoisse et anxiété : comment elles se manifestent

L’angoisse, c’est un peu comme si on assistait à un spectacle de cirque avec des acrobates survoltés. On sent notre cœur faire des loopings, on a le ventre qui se transforme en montagnes russes, et on est prêt(e) à scruter chaque signe de trouble comme si on était Sherlock Holmes en mission.

Car, bien sûr, la sur-vigilance est de la partie, car on veut tout vérifier pour être sûr(e) que le danger ne se cache pas derrière le rideau.

Quant à l’anxiété, elle est plus du genre à nous envoyer dans une spirale de pensées à la vitesse de l’éclair. C’est comme si notre cerveau se transformait en TGV des réflexions, sans escale.

On se pose des questions, on se demande ce qui pourrait arriver, et on discute avec nous-même comme si on était dans une pièce de théâtre improvisée et sans fin.

Et bien sûr, la sur-vigilance est aussi de la partie, car on veut être certain(e) de ne manquer aucune info cruciale qui nous éclairerait sur la situation.

Vous l’aurez compris, Miss Survigilance scrute notre environnement à la loupe. Elle est prête à sauter sur le moindre détail pour en faire une montagne et servir la soupe à ses copines Angoisse et Anxiété.

A quoi servent l’angoisse, l’anxiété et la survigilance ?

Angoisse, anxiété et survigilance ne sont pourtant pas là pour nous ennuyer.

En réalité, ce sont des gardiennes de notre bien-être psychologique. Elles font partie de notre équipe de protection émotionnelle, comme des agents secrets veillant sur notre santé mentale.

Quand nous percevons une opportunité ou un risque dans notre environnement, notre cerveau s’active pour nous inciter à nous protéger du risque ou nous inciter à saisir l’opportunité.

Cette activation se déroule sur 3 plans :

  • activation physique : le corps se prépare à agir s’il le faut (fuir, se battre, courir, etc). Le coeur et la respiration s’accélère, les muscles se préparent, certains processus jugés secondaires (la digestion par exemple) se réduisent pour privilégier ce qui est primordial pour agir. L’angoisse – avec ses signaux physiques – est la manifestation de cette activation physique.
  • activation mentale : la réaction physique est une réaction « simple » mais elle n’est souvent pas finement adaptée. Les problèmes complexes demandent d’analyser la situation et d’explorer des solutions plus créatives. L’anxiété – avec ses cogitations – est la manifestation de cette activation mentale.
  • La vigilance : quand on est face à un problème à résoudre, on a besoin d’être sûr-e d’avoir les informations pertinentes pour pouvoir trouver une solution adéquate. Et puis quand on a commencé à agir pour le résoudre, on doit vérifier que nos actions ont l’effet escompté (permettent la résolution du problème). La sur-vigilance est la manifestation de ce mécanisme de vérification.

Voilà : la différence entre angoisse et anxiété est certainement plus claire pour vous maintenant.

OK Sandrine, mais bon maintenant ça me sert à quoi de connaitre la différence entre angoisse et anxiété ?

A quoi ça sert de faire la différence entre angoisse et anxiété ?

Souvent, face à leurs manifestations ultra désagréables, on a à peu près aussi envie de les côtoyer que de sauter dans une piscine remplie de méduses (oui j’ai la métaphore estivale 😅).

On a plutôt tendance à lutter contre elles, à vouloir les faire disparaitre. Mais on n’y arrive pas.

C’est notre impuissance qui génère de la souffrance : on veut les faire partir mais elles sont toujours là.

L’angoisse se transforme en crises de panique, l’anxiété en ruminations interminables qui nous empêchent de dormir … Et l’impuissance face à ces mécanismes peut nous plonger dans la dépression.

Comprendre leurs différences et leur rôle aide à mieux les réguler et à leur donner une plus juste place et à éviter leurs débordements.

Vous l’aurez compris, vouloir éradiquer complètement angoisse, anxiété et sur-vigilance, c’est un peu comme essayer d’apprendre à un chat à aboyer.

Ce sont des agents de protection qui ne lâchent jamais l’affaire. Si on tente de les forcer à le faire, ça risque surtout de les mettre en mode « super-sayan » … et de les rendre encore plus présentes.

Alors, plutôt que de jouer à cache-cache avec l’angoisse et l’anxiété, pourquoi ne pas apprendre à danser avec elles ?

Pour mieux réguler l’anxiété, on peut s’armer de nos meilleurs super-pouvoirs. On peut reconnaître quand elle pointe le bout de son nez, dire « Hello, l’anxiété ! Je te vois, que cherches-tu à me dire exactement ! » et la laisser s’exprimer sans la juger.

Comme elle a tendance à se manifester à des moments où on aimerait faire autre chose, on peut lui donner rendez-vous à des moments moins dérangeants pour nous (dans la journée plutôt que le soir par exemple).

Lors de ces rendez-vous, on peut prendre le temps d’écrire :

  • qu’est-ce qui me tracasse exactement ?
  • puis-je y faire quelque chose ?
  • Si oui, quoi concrètement ? (quelle est la plus petite chose que je peux faire tout de suite ? dans la journée, dans la semaine, dans le mois ?)
  • Si non, se rappeler qu’il vaut parfois mieux rester avec l’inconfort d’une question que de se torturer à chercher à résoudre un problème qui n’a pas de solution, même si c’est inconfortable.

Et hop, vous allez voir que l’anxiété, rassurée de voir que vous prenez ses préoccupations au sérieux restera bien canalisée dans ces moments où vous vous consacrez à 100% à elle.

Quant à l’angoisse, au lieu de jouer au détective survigilant sur tous nos signes physiques, on peut adopter le rôle d’un astronaute explorant l’espace intérieur. On apprend à observer les sensations sans se laisser emporter par elles, on prend du recul comme si on flottait dans l’espace, libre de tout jugement.

Je vous l’accorde : c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais la prochaine fois que votre coeur s’accélère et que vous avez peur d’une crise d’angoisse, au lieu de chercher à l’apaiser absolument, prenez votre pouls toutes les minutes et notez-le pour observer comment il évolue.

Les crises d’angoisse peuvent être les symptômes venant de 2 causes différentes :

  • elles peuvent être des manifestations phobiques autogénérées. La crise est tellement pénible que j’ai peur qu’elle se reproduise et je veux absolument l’éviter. Ce qui me conduit à paniquer à l’idée d’avoir une crise de panique (j’ai parlé dans cet article – entre autres – des effets de l’évitement et de comment éviter renforce la peur).
  • elles peuvent venir de problèmes qu’on se refuse à aborder. Certaines personnes bloquent tellement bien leur mental que leur cerveau n’a pas d’autre choix que d’exprimer sa préoccupation par le corps. Dans ce 2e cas, les rendez-vous avec l’anxiété sont une option efficace.

Alors voilà, ne luttez plus contre ces deux forces intérieures ! Prenez-les par la main et apprenez à les reconnaître, à les différencier, et à composer avec elles comme avec des amies très bien intentionnées … mais parfois envahissantes.

Et si jamais vous avez besoin d’un coup de pouce pour maîtriser ces émotions, vous pouvez prendre rendez-vous avec moi 🙂.

Je reçois en visio ou en présentiel à Aix les Bains ou Aoste (38) :

Ce contenu vous a été utile ? Vous pouvez contribuer à le faire connaitre en le partageant autour de vous 😉.

Et vous pouvez faire encore plus : contribuer à me libérer du temps en faisant un don ponctuel ou récurrent via PayPal (avec un compte PayPal ou un simple carte bleue).

Vous pouvez aussi vous abonner à ma newsletter pour recevoir chaque semaine des ressources complémentaires et être informé-e de mes prochaines conférences.

Sandrine Donzel

Parentalité, couple, communication, développement personnel ? Votre vie ne ressemble pas à ce qui est décrit dans les livres ? Pas de panique et bienvenue dans la VRAIE VIE, celle qui est abordée sur ce blog ! Je vous y propose des outils concrets, pragmatiques et REALISTES pour répondre à vos interrogations. Bonne lecture !

Sandrine Donzel has 731 posts and counting. See all posts by Sandrine Donzel

2 thoughts on “Quelle est la différence entre angoisse et anxiété ?

  • 14 septembre 2023 à 12:22
    Permalink

    Merci pour ce très bon article !
    J’aime beaucoup l’idée de se donner un rdv avec soi-même pour écouter le signal du corps et l’entendre comme ce qu’il est : un message à prendre en compte… pour au final voir comment traiter le sujet , trouver la plus petite action qui permet d’aller dans la bonne direction

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :