« On se dispute pour des conneries » : comment résoudre des disputes futiles dans un couple ?

Les disputes de couple ont souvent un point de départ plutôt futile. Les couples le reconnaissent souvent bien volontiers : « On se dispute pour des conneries » disent-ils. Mais avoir conscience de l’absurdité de la dispute ne suffit visiblement pas pour faire cesser ces disputes du couple. Alors comment arrêter les disputes futiles dans un couple ? je vous propose quelques clés de compréhension dans cet article.

Si vous préférez la vidéo (ou l’audio), cet article est disponible en version vidéo, à retrouver en fin d’article ⬇️.

Qu’est-ce que j’appelle une dispute de couple futile ? C’est quand on entre en conflit à propos de choses comme la manière de ranger les couverts dans le lave-vaisselle ou la fréquence à laquelle on doit nettoyer le frigo. Franchement, mettre les couverts soient vers le haut ou vers le bas dans le lave-vaisselle rend-il vraiment notre vie conjugale plus épanouie ? Est-ce que ça mérite vraiment de se mettre autant la rate au court bouillon ? Probablement pas … Et pourtant, il y a des tas de sujets comme ceux-là où on a du mal à lâcher.

Dans une vie de couple, les motifs de désaccord sont trèèèès nombreux. Lorsque ces désaccords ne concernent qu’un aspect matériel, il devrait être assez facile de trouver un compromis.

Quand chacun de ces désaccords devient une dispute et que ces disputes de couple reviennent encore et encore, c’est que le motif apparent du conflit n’est pas l’enjeu de la dispute.

Prenons l’exemple d’Emilie et de Hugues pour mieux comprendre.

Emilie et Hugues se disputent sans arrêt pour des broutilles.

Faire des pâtes aux enfants 3 fois dans la semaine, c’est trop ou pas ? Faire les courses au drive c’est mieux que les faire au supermarché ? etc etc.

Ils n’arrivent JAMAIS à se mettre d’accord et leurs discussions se transforment vite en guerre conjugale où chaque bataille compte. La tension est devenue difficilement supportable et ils en arrivent à ne plus se parler du tout.

Quand ils viennent en thérapie de couple, leur demande porte sur des outils pour mieux communiquer.

Mon point de vue sur la communication dans le couple (ou ailleurs) est clair : les outils de communication ne sont PAS la solution à tout.

Comme le dit très bien John Gottman :

Amener les couples à se disputer plus gentiment en leur apprenant des techniques de communication peut réduire leur niveau de stress. C’est rarement suffisant pour redonner vie à leur relation.

John M. Gottman
Citation de John Gottman mise en forme : Amener les couples à se disputer plus gentiment en leur apprenant des techniques de communication peut réduire leur niveau de stress. C'est rarement suffisant pour redonner vie  à leur relation"

Autrement dit : les outils de communication sont inutiles quand ils ne s’attaquent au mauvais problème !

Avant de vouloir perfectionner sa communication, mieux vaut commencer par vérifier de quoi est-il question exactement dans ces disputes ?

Quel est le thème de votre dispute de couple ?

Prenons quelques exemples pour clarifier les choses.

Reprenons l’exemple d’Emilie et Hugues.

Quand ils se disputent, au fond ils ne cherchent pas vraiment à savoir quelle est la solution matérielle la plus acceptable pour leur famille. Si c’était le cas, il y a belle lurette que l’un ou l’autre – ou les 2 – aurait lâché l’affaire et que les disputes auraient disparues.

Non, en tenant bon sur leurs positions, en prenant prétexte des situations de la vie quotidienne, Emilie et Hugues parlent d’autre chose.

Emilie parle de la tristesse ressentie pendant ses grossesses, quand Hugues était tellement concentré sur son travail qu’il n’a pas jugé bon de l’accompagner aux principales échographies.

Elle parle aussi de la souffrance ressentie lors d’un épisode de deuil un peu plus tard, souffrance pour laquelle Hugues n’a montré aucune compréhension. Son attitude a profondément blessé Emilie. Elle semble avoir passé l’éponge mais la blessure est toujours là.

Quand Emilie tient bon sur ses positions, quel que soit le déclencheur de la dispute, elle dit « j’ai besoin de réparation. Montre-moi que tu compatis et que tu prends soin de moi.« 

Et quand Hugues lui répond, il dit « J’ai changé, maintenant passons à autre chose.« 

Mais ces mots là ne sont pas dits. Jamais.

Il est très probable que ces disputes incessantes continueront aussi longtemps que leur enjeu réel n’est pas abordé. lâcher prise sur les pâtes, la fréquence des courses ou la manière de prendre en charge un enfant, c’est faisable.

Lâcher prise sur sa souffrance, ses émotions, son identité, c’est autrement plus difficile.

Les raisons de la difficulté à lâcher prise sur les disputes récurrentes dans le couple sont nombreuses

Emilie est tiraillée entre souffrance et honte.

La souffrance la pousse à demander réparation pour ce qu’elle a vécu. Mais ce n’est jamais suffisant. Il s’avérera que certaines choses ne sont pas pardonnables pour elle. La honte notamment l’empêche de reconnaitre qu’elle ne peut pas pardonner (et aussi des peurs et des valeurs associées à la séparation et au divorce).

(soit dit en passant, foutue bienveillance qui voudrait que tout soit pardonnable si l’autre montre sa contrition …)

Emilie continue donc encore et encore à demander une réparation qui ne sera finalement jamais satisfaisante.

Hugues reconnait avoir mal agi par le passé. Il a changé, est plus attentionné, c’est vrai mais il a du mal à reconnaitre qu’il a pu blesser autant Emilie (la honte encore).

Il craint que ses efforts soient sans fin. C’est pour quoi il s’oppose à Emilie quel que soit le motif de la dispute.

Bien sûr sa crainte s’avérera justifiée. Mais qui sait ce qui ce serait arrivé s’il avait lâché prise sur le matériel quelques années plus tôt ? Le conflit aurait-il pris autant d’ampleur ? Emilie aurait-elle pu pardonner ?

Dans ce contexte, tant que le couple évite soigneusement le sujet de fond et ne se pose pas la question, les tensions seront fréquentes et sans fin. Et si on attend trop, les blessures sont tellement profondes qu’il est difficile de les soigner suffisamment pour rendre la vie de couple possible.

Une fois le sujet de fond posé, Hugues et Emilie prendront la décision de se séparer. Ils le feront plus posément. Ca ne deviendra pas un nouveau conflit dans lequel ils chercheront à régler le problème de fond.

Les disputes en disent long sur les individus qui composent le couple

On n’arrive pas neutre – j’allais dire vierge 😁. On se met en couple avec sa propre psychologie, son histoire personnelle, ses valeurs. 

Tout ce qui définit comment on gère ses émotions, comment on communique, à quelle communauté on se sent appartenir et ce que ça implique de réflexes défensifs parfois (même si on n’en est pas complètement conscient).

Notre bagage inclut aussi de manière plus concrète comment on a appris à gérer sa vie (ses finances, son linge, son ménage, son organisation au sens large).

Construire un mode de fonctionnement commun vient remettre en cause beaucoup de ces fonctionnement personnels.

C’est vrai dès qu’on démarre une vie commune. Ca l’est encore plus quand les enfants arrivent car on doit encore plus trouver de modes de fonctionnement commun.

Et c’est là que les choses se compliquent.

Derrière des sujets anodins de la vie quotidienne se cachent souvent des enjeux émotionnels, affectifs ou identitaires, souvent inconscients.

Un autre exemple pour illustrer ça : quand je demande à Philippe ce qui l’empêche de faire certaines tâches ménagères, il me répond du tac au tac : « C’est quand même son boulot à elle ! ».

Ici, Philippe parle – entre autres – de sa représentation inconsciente des rôles dans un couple.

En s’entendant dire cette phrase à voix haute, il réalise instantanément qu’elle ne correspond à ses valeurs et à la manière dont il veut conçoit le couple. D’ailleurs il dit immédiatement : « mais c’est complètement con comme réaction ! pourquoi je dis ça ??? ».

Philippe vient de rencontrer une part de lui-même qu’il n’avait pas perçue.

Attention : nous avons tous et toutes des petits recoins pas très glorieux dans notre cerveau 😁. Le tout est de ne pas les laisser prendre les commandes trop souvent sans s’en rendre compte 😉.

Citation de Vincent Van Gogh : "n'oublions pas que les petites émotions sont les capitaines de nos vies et qu'à celles-là nous obéissons sans le savoir."

Philippe a fait sa part plus spontanément et il n’y a plus eu de disputes à ce sujet (des désaccords plus ou moins faciles à régler mais pas de conflits). Il s’est senti plus aligné avec ses valeurs et moins en conflit avec lui-même (et donc avec sa partenaire !).

Nos conflits de loyauté vis-à-vis de nos parents, de notre communauté, nos peurs de perdre notre identité, notre fierté à assumer notre fonctionnement durement acquis, nos représentations des rôles de chacun, etc : tout cela joue un rôle dans la manière dont nous communiquons.

Ce sont ces enjeux émotionnels et affectifs qui rigidifient nos positions dans les disputes et rendent parfois impossibles l’accord ou le compromis.

Attention : ces enjeux affectifs et émotionnels inconscients ne sont pas un prétexte pour justifier sa propre ridigidité !

Quand on est concerné par un enjeu affectif ou émotionnel inconscient, on justifie souvent sa position par des arguments en apparence très rationnels.

Cette rationalité ne tient souvent pas longtemps face à une personne plus neutre, comme un thérapeute de couple. C’est justement ce qui permet de mettre en évidence les enjeux émotionnels sous jacents.

Mais dans le couple, il est plus difficile de lâcher, surtout quand le conflit dure depuis longtemps (je parlerai d’escalade d’engagement plus loin dans cet article pour expliquer cela).

Ca signifie 2 choses :

  1. vouloir absolument faire prendre conscience à l’autre que c’est un enjeu inconscient qui bloque est généralement voué à l’échec. Plus on va insister sur ce point, plus on va activer des réflexes défensifs.
  2. un thérapeute de couple doit prendre des précautions : il n’est pas question d’étaler les tripes de chacun devant l’autre. Chacun doit pouvoir garder ses parts d’ombre pour lui (j’ajoute même que, de mon point de vue, c’est souvent indispensable).

Recevoir chaque partenaire individuellement me semble une nécessité dans mon travail d’accompagnement des couples. Là aussi je parlerai de ma façon de travailler un peu plus loin dans cet article.

Conseil pour votre propre couple : même si vous pensez avoir identifié un enjeu émotionnel ou affectif chez votre partenaire, prenez vos précautions avant de le dire à l’autre. Une fois qu’il est posé, n’insistez pas et laissez le temps à l’autre de cheminer de son côté avec ce sujet.

Parfois il faut choisir entre avoir raison et mieux communiquer 😁.

Evidemment aussi nos disputes parlent de nos positions respectives dans la relation.

Je peux tenir bon sur un motif futile parce que j’espère que là au moins mon partenaire va me respecter alors qu’il ne le fait pas beaucoup d’habitude par exemple.

Je peux tenir bon à l’inverse parce que j’ai l’habitude d’avoir le dernier mot. Et même si objectivement le sujet est peu intéressant, je ne veux pas perdre cette position un peu dominante.

En 1 mot comme en 100 :

Moins se disputer ne consiste pas simplement à acquérir des outils de communication, tout simplement parce que nous ne sommes pas en mesure de les utiliser si tout ces enjeux de relation n’ont pas été tirés au clair.

l’escalade d’engagement, une autre cause de disputes sans fin dans le couple …

L’escalade d’engagement est aussi un facteur important de dissensions dans les couples.

Qu’est-ce que l’escalade d’engagement ? C’est quand notre cerveau nous pousse à persévérer dans une voie ou une action, même si elle s’avère objectivement néfaste pour nous.

Biais d’engagement = Plus on s’engage dans une décision, plus il est dur de revenir en arrière.

Ce biais est très bien décrit dans le livre « Petit Traité de Manipulation à l’usage des honnêtes gens » (dont j’ai déjà parlé dans d’autres articles du blog).

Comment se manifeste l’escalade d’engagement dans les disputes de couple ? Et bien tout simplement : chaque prise de position sur un sujet rend plus difficile le retour en arrière, même si on ne s’en rend pas compte.

Ce biais d’engagement va compliquer la résolution des disputes sur le long terme. Chaque dispute rend plus difficile un assouplissement et une résolution différente.

Que retenir de cet article pour mieux résoudre ses disputes de couple ?

  1. Les outils de communication sont utiles. Mais ils ne permettent pas de résoudre tous les problèmes de communication dans le couple.
  2. Il existe de nombreux enjeux émotionnels et affectifs personnels et relationnels qui peuvent compliquer la résolution des conflits : si vous vous disputez souvent pour des motifs en apparence futiles, il y a de fortes chances que l’un de ces enjeux complique la donne.
  3. L’escalade d’engagement peut rigidifier la relation et empêcher une résolution facile de conflits en apparence anodins.

Voici quelques pistes pour vous aider à faire autrement :

  • Rappelez-vous que se disputer sur la manière de mettre la table ou d’entretenir la voiture n’est pas forcément le meilleur moyen d’obtenir la relation de couple dont vous rêvez et que si vous n’arrivez pas à lâcher prise, c’est probablement autre chose que de concret dont il est question (ça marche aussi pour la fréquence des rapports sexuels 🤣)
  • s’il y a des disputes à répétition dans votre couple, demandez-vous ce qui est en jeu exactement. Qu’attendez-vous comme changement chez votre partenaire dans sa relation avec vous ? Cela vous permettra d’avoir plus de conscience de vos enjeux personnels.
  • Quand vous avez conscience des enjeux, vous pouvez les communiquer à votre partenaire au bon niveau = pas sur le concret mais au niveau émotionnel, affectif ou relationnel. Ca ne garantit pas qu’il ou elle va changer mais au moins les choses sont claires pour vous. Evitez d’insister pour que l’autre exprime aussi ces enjeux.
  • Dernière chose : ces enjeux sont souvent inconscients et pas toujours simples à percevoir. Il peut être aussi très difficile de s’en sortir seul-e. Se faire aider par une personne extérieure est souvent nécessaire.

Quelques mots sur mon travail d’accompagnement de couple ou d’accompagnement sur des problèmes de couple

Je fais une nuance entre « accompagnement de couple » = je reçois les 2 partenaires et « accompagnement pour des problèmes de couple » = je reçois un seul des 2 (celui ou celle qui souhaite venir).

Dans l’approche que je pratique (modèle de Palo Alto), il est tout à fait possible de résoudre une grande partie des problèmes de couple en en travaillant qu’avec une seule personne sur les 2.

En effet, nous allons déjà mettre au jour vos enjeux personnels s’il y en a. Cela va déjà changer certaines de vos réactions. Et puis, nous allons aussi travailler sur la manière dont vous réagissez aux éventuels enjeux personnels de votre partenaire.

Tout cela change évidemment la relation de couple et peut résoudre des problèmes de couple, ou vous aider à y voir plus clair sur cette relation en particulier.

Dans les accompagnements de couple à proprement parler (avec les 2 partenaires), je propose presque toujours un travail individuel.

Je vois le couple ensemble à la 1e séance, puis au moins 2 séances chacun individuellement parfois plus. Nous nous revoyons ensuite à 3 selon les besoins.

Il peut être utile de parler de votre histoire en couple, de ce qui s’est joué par le passé entre vous car ça peut aussi être utile pour comprendre comment vous êtes en relation dans le présent.

Si vous souhaitez en savoir plus sur mes accompagnements de couple et prendre rendez-vous, vous pouvez le faire ici. A noter : pour les couples, il est préférable de se voir « en vrai » – à Aix les Bains ou à Aoste (Isère) – plutôt qu’en visio.

Pour aller plus loin au sujet des disputes de couple

Le podcast d’Esther Perel « Where Should We Begin » est très éclairant au sujet de la thérapie de couple. Esther Perel est une thérapeute de couple française, exerçant aux Etats-unis. Dans son podcast, elle propose des premières séances commentées : elle reçoit un couple, qu’elle interroge et commence à mettre au jour les 1ers enjeux personnels et relationnels et elle parle de sa pratique, de pourquoi elle pose telle ou telle question, des enjeux qu’elle perçoit. Le podcast est en anglais mais si vous maitrisez la langue, c’est passionnant.

Quelques livres :

Sur ce blog, quelques articles complémentaires notamment au sujet des difficultés relationnelles :

Bonne réflexion !

Cet article vous a été utile ? Vous pouvez me le faire savoir en faisant un don sur Tipeee, une plateforme de pourboire participatif … ou simplement en relayant cet article à vos amis ou sur les réseaux sociaux 😍.

Si vous ne voulez plus rater aucun article et être informé-e de mon actualité (conférences et ateliers), inscrivez-vous à la newsletter de S Comm C par ici.

Comment arrêter les disputes sans fin pour des motifs futiles dans notre couple ?

Retrouvez l’article en version vidéo :

Sandrine Donzel

Parentalité, couple, communication, développement personnel ? Votre vie ne ressemble pas à ce qui est décrit dans les livres ? Pas de panique et bienvenue dans la VRAIE VIE, celle qui est abordée sur ce blog ! Je vous y propose des outils concrets, pragmatiques et REALISTES pour répondre à vos interrogations. Bonne lecture !

Sandrine Donzel has 719 posts and counting. See all posts by Sandrine Donzel

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :