Comment apprendre à mon enfant à gérer sa gourmandise ?

La semaine dernière c’était Halloween. Qui dit Halloween dit bonbons

Si vous êtes comme moi, vous avez probablement en stock environ 3 tonnes de sucreries ramenées par vos enfants ou achetées pour des visiteurs masqués qui ne sont pas venus.

Et maintenant, on en fait quoi de ce trésor de guerre ? On le laisse à disposition ? On le rationne ?

Voilà une bonne occasion de parler d’autonomie et d’apprentissage du rapport à la tentation 🙂

Vous êtes intéressé-e mais vous n’avez pas le temps de lire cet article ? Pourquoi ne pas l’écouter en mp3 ? C’est possible en cliquant ici. (et retrouvez tous les podcasts audios déjà publiés ici.)

Comment gérer l’appétit des enfants, surtout les plus petits, pour ces douceurs sucrées … et pour d’autres choses encore ?

Les enfants sont plutôt naturellement bien équipés pour réguler leur alimentation. Mais apprendre à résister à la tentation n’est pas une mince affaire.

Tout être humain normalement constitué plongé dans un environnement où la nourriture est facilement disponible consomme plus.

via GIPHY

Enfin, TOUT être humain, pas tout à fait. Certains mangeurs mangent très peu lorsqu’ils n’ont pas faim et ils peuvent passer 20 fois devant le bocal de bonbons sans jamais y plonger la main. Ceux-là ne font pas preuve d’une volonté de fer : ils n’ont pas envie. Résister à la tentation ne leur demande donc absolument AUCUN effort : ils ne sont pas tentés ! C’est une caractéristique typique de ce qu’on appelle les mangeurs internes. Ces mangeurs internes ont d’ailleurs  du mal à comprendre pourquoi il est si difficile aux autres de résister à la tentation.

Beaucoup d’entre nous sont plutôt des mangeurs dit externes. Pour eux, résister à la tentation est quasiment impossible. Cela demande des efforts démesurés, intenables sur le long terme.

D’ailleurs je vous dois des excuses pour le gros mensonge que je vous ai fait en début d’article : si vous êtes mangeur externe comme moi, vous n’avez pas 3 tonnes de bonbons en stock ! Vous avez fait une orgie et vous avez tout mangé en 2 jours 😀 !

Ces 2 catégories sont aussi représentées chez les enfants. Les parents de « mangeurs internes » ne sont probablement pas en train de lire cet article :-D.

Comment résister à la tentation quand on est mangeur externe ???

Les enfants « mangeurs externes » cumulent plusieurs difficultés : En plus d’avoir du mal à résister à la tentation, ils n’ont pas forcément conscience des risques pour la santé de certains aliments et ils ont encore moins de capacité à se contrôler que nous. Résister par la force de la volonté leur est donc très difficile.

Pour les enfants – comme pour tous les mangeurs externes – le moyen le plus écologique de résister à la tentation est d’aménager l’environnement : mettez les aliments tentants dans un lieu difficile d’accès plutôt qu’à portée de main dans la cuisine. Ne leur demandons donc pas de faire mieux que les adultes !

Je mets par exemple les aliments trop tentants dans un placard très en hauteur chez moi (oui je suis toute petite !). Je ne les vois pas donc je suis moins tentée. Et même si j’y pense, devoir grimper sur une chaise pour les prendre suffit à réduire considérablement mes ardeurs sucrées …

via GIPHY

C’est une solution efficace avec les enfants aussi. Mais pas forcément suffisante pour la paix des parents.

« Je peux avoir un bonbon ? » .. Comment gérer écologiquement la gourmandise des enfants ?

En effet, les enfants peuvent avoir envie des bonbons même s’ils sont inaccessibles. Et donc vous les réclamer. 50 fois par jour.

Vous allez dire non une fois, deux fois, … A la 5e fois, vous risquez fort de vous énerver. En effet, chaque demande vous oblige à arbitrer un dilemme : donner -« un seul bonbon ce n’est pas si grave … et puis comme ça j’aurais peut-être la paix, ça peut lui suffire un bonbon ou 2. » – ou ne pas donner – « il doit apprendre à résister à la tentation. Si j’en donne un, il va m’en réclamer encore, … ».

Ces arbitrages incessants sont épuisants. On voudrait que les enfants arrêtent de réclamer

ras le bol des demandes de bonbons des enfants !
Alexas_Fotos / Pixabay

pour pouvoir arrêter de se prendre la tête à chaque demande.

De plus, quand, lassés, vous finissez par céder par céder, vous avez du mal à vous retenir de faire des remarques culpabilisantes pour l’enfant (moi aussi je fais ça 😀 !!!).

Remarquez bien que c’est votre culpabilité d’avoir cédé qui vous amène à tenter de compenser en essayant de faire passer à l’enfant un message pédagogique sur les dangers du sucre. Mais cela risque fort de gâcher le plaisir de l’enfant. Il risque alors de réclamer un autre bonbon parce que le précédent ne lui a pas donné tout le plaisir qu’il en attendait 🙂 …

Et s’il y avait un moyen plus écologique de résoudre ce problème ?

La solution que je propose souvent pour concilier apprentissage de l’autonomie et gourmandise et tranquillité d’esprit des parents est la suivante :

  • choisissez une durée pendant laquelle les enfants seront autonomes  : avec des petits, ça peut être sur une journée ou sur 2/3 jours maximum, pour des plus grands, sur la semaine.
  • fixez une quantité de bonbons acceptable pour la période donnée. Cette quantité peut être fixée par vous seulement, en accord avec les enfants ou par les enfants seuls (pour les plus grands).
  • Pendant la période donnée, laissez l’enfant gérer son stock de bonbons comme il le souhaite ! Certains vont tout manger tout de suite ; d’autres vont économiser pour déguster un peu chaque jour. Chacun son truc. Surtout abstenez-vous ABSOLUMENT de toute remarque ou sermon sur l’importance d’économiser. L’apprentissage sera BEAUCOUP PLUS EFFICACE si l’enfant réalise PAR LUI MÊME qu’il est à court de bonbons et qu’il doit attendre. Il y a des chances qu’il décide à la longue de changer son mode de gestion et économise ses bonbons par la suite. Vos sermons détournent son attention de l’apprentissage en cours et l’orientent vers votre « pénibilité » (vous savez : « maman tu me saoules ! »).
enfant gourmandise autonomie
GiselaFotografie / Pixabay

Evidemment, les enfants qui auront tout mangé avant la fin de la période risquent de réclamer à nouveau. Rappelez-leur simplement que la période n’est pas terminée, qu’ils auront leur nouveau stock de bonbons le jour dit. Ils vont probablement râler et pester, au moins au début. Vous n’avez plus qu’à accompagner l’émotion à ce moment-là sans expliquer, ni rationaliser, juste en reformulant leur frustration et leur tristesse de devoir attendre.

Très rapidement, les enfants apprécient l’autonomie que leur donne ce mode de gestion … et pour les parents, bonjour la tranquillité d’esprit J …

A noter : l’argent de poche peut être géré exactement de la même façon  …


Posez vos questions pour le prochain SOS S Comm C

Tous les mercredis à 9h30, je tire au sort une question parmi celles qui me sont envoyées par mail. J’y réponds en vidéo en direct sur la page Facebook de S Comm C. Cette question peut porter sur tous les sujets abordés sur le blog : émotions, relations dans le couple, la famille, au travail, stress, confiance en soi, insomnies, dépression, …

Pour voir les précédents SOS S Comm C, cliquez ici !

Vous voulez poser votre question ou assister au prochain SOS S Comm C ? Alors c’est par ici !


Pour nous retrouver et/ou nous soutenir :

*** Pour recevoir chaque semaine nos ressources gratuites sur les émotions et les relations et être informé-e des nouveaux articles du blog , c’est par ici !

*** Pour découvrir toutes nos activités (ateliers, conférences, …), y assister ou organiser une conférence, c’est là.

*** S Comm C propose aussi des accompagnements afin de vous aider à vous sortir des situations bloquées et difficiles que vous vivez. Les accompagnements sont possibles IRL sur plusieurs lieux en Rhone Alpes et à distance via Skype ou Facetime. Vous pouvez prendre rendez-vous directement en ligne par ici.

*** Nous rejoindre sur les réseaux sociaux et bénéficier des ressources complémentaires proposées là-bas :

*** Et si vous appréciez nos ressources faites-le nous savoir en nous offrant un café sur Tipeee !

 


Aider les enfant à gérer leur gourmandise, pour aller plus loin

Sur ce blog :

Pour développer vos compétences professionnelles autour de l’alimentation de l’enfant :

Je co-anime avec Florian Saffer, diététicien et thérapeute, une formation professionnelle destinée aux professionnels de santé et accompagnants parentaux : « enfant en surpoids : ACT et approche familiale ». Elle aura lieu le jeudi 25 janvier 2108 à Lyon.

Quelques livres (liens affiliés) :

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Sandrine Donzel

Parentalité, couple, communication, développement personnel ? Votre vie ne ressemble pas à ce qui est décrit dans les livres ? Pas de panique et bienvenue dans la VRAIE VIE, celle qui est abordée sur ce blog ! Je vous y propose des outils concrets, pragmatiques et REALISTES pour répondre à vos interrogations. Bonne lecture !

Sandrine Donzel has 590 posts and counting. See all posts by Sandrine Donzel

4 pensées sur “Comment apprendre à mon enfant à gérer sa gourmandise ?

  • 6 novembre 2017 à 07:11
    Permalink

    Comme d’habitude, tellement intéressant !
    Je fais ça pour l’argent de poche (5€ par mois, elle a 8 ans mais je voulais arrêter les petits achats plaisirs qui reviennent finalement cher). Elle épargne consciencieusement depuis qu’elle a craqué ses 5€ en 1h la première fois ^^

    Répondre
  • 6 novembre 2017 à 09:53
    Permalink

    Merci pour cet article ! Je ne savais pas que tu faisais des podcasts, je les rajoute a ma liste d’écoute pour les trajets en voiture !
    bonne journée

    Répondre
  • 6 novembre 2017 à 16:18
    Permalink

    Merci, j’aime bien cette idée de la période d’autonomie. Nous avons bien fonctionné avec eux avec un bonbon au dessert, et ils semblent avoir déjà arrêté de réclamer, mais si ça reprend (puisqu’il y en a encore plein les placards), j’essayerai ça !

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :