Savoir se défendre … Petites agaceries quotidiennes à l’école

Mon loulou de presque 4 ans est rentré ce soir avec une grande bande rouge dessinée au feutre sur son front. Quand je lui ai demandé s’il avait fait ça à l’école ou à la garderie, il m’a répondu «dans la classe».

– Ah tiens ?
– ben oui, c’était pour être plus fort !
– plus fort ?
– Oui pour me batailler !
– Pour te batailler dans la classe ?
– oui … parce que A. et M. ils me disent «caca» et moi j’aime pas, ça m’énerve …

Là, je tilte : la maîtresse a récemment reproché à mon fils de faire un peu trop la bataille en classe, tout s’explique ! En agissant sur ces agaceries quotidiennes, peut-être pourrons-nous faire évoluer la situation.

– Ah oui, dis donc, c’est énervant ça ! Et qu’est-ce que tu pourrais faire d’autre que la bataille ?
– ben je le dis à la maitresse et après elle les met sur la chaise de réflexion.
– et après ils arrêtent ?
– ben non !

Arfff … nous y voilà :-/ … Pile ce qui coince.
Je repense à une récente conférence du CRISS – Centre de Recherche sur l’Interaction et la Souffrance Scolaire, créé par des amies et collègues à moi – à laquelle j’ai assisté et je me dis que j’ai là une bonne occasion de mettre mon fils en situation d’affronter seul et de se sentir plus fort pour faire cesser cette situation.
L’intervention des adultes n’a pas fait cesser cette situation et mon fils se sent impuissant, surtout qu’il s’énerve assez vite et qu’il a du mal à contrôler ses émotions facilement.

J’enchaine alors :

– mmm … Je me demande si on ne pourrait pas faire un truc qui marcherait mieux …
– ???
– Ecoute, voilà ce que je te propose, la prochaine fois que quelqu’un te dit «caca», tu lui réponds «ah oui toi aussi tu fais caca ?»

Et voilà mon fiston hilare, la mine réjouie de ma proposition. Il s’enthousiasme de ce qu’il va pouvoir dire, tout joyeux.
Le risque est qu’il se fasse lui aussi attraper parce qu’il dit «caca» mais je suis prête à le prendre avec lui !

Le lendemain, je l’emmène à l’école. Il rechigne un peu sur le pas de la porte. Je lui rappelle que s’il ne rentre pas en classe, il ne pourra pas dire sa phrase à ses copains. Il se décide finalement en entendant ces mots.

Le soir même, je le récupère et je lui dis :

– alors ? tu leur as dit ?! Tu leur as dit ?!

Et mon fiston de répondre désappointé :

– ben non, personne ne m’a dit «caca» aujourd’hui :-/ …

Je me réjouis intérieurement de mon stratagème qui a superbement bien fonctionné : mon fils s’est senti en capacité d’affronter ces agaceries, il les a même attendues de pied ferme au lieu de les redouter … et du coup, elles ne sont pas venues.
Peut-être est-ce aussi un hasard mais j’en doute … nous devrons confirmer lors du prochain jour d’école.

Je me dis que voilà l’occasion d’enfoncer le clou et j’ajoute …

– Ah ben mince, c’est pas drôle ! Il va falloir attendre lundi alors !

Donc lui et moi attendons lundi avec impatience pour connaitre la suite des évènements 😀 !

 

Quelques livres pour aller plus loin (si vous ne voyez pas les liens ci-dessous, c’est parce que votre navigateur est équipé d’un bloqueur de pub et considère les liens venant d’Amazon comme de la publicité ):

Sandrine Donzel

Inspiratrice de bienveillance … envers les autres et envers soi-même :-) …

Coach, formatrice, conférencière et auteure du blog S Comm C

sandrine has 500 posts and counting.See all posts by sandrine

6 pensées sur “Savoir se défendre … Petites agaceries quotidiennes à l’école

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :