L’année 2012 ne fait que commencer mais certains n’attendent pas pour faire des propositions tout à fait imbéciles et probablement destinée à se faire de la pub plutôt qu’à faire avancer les choses.

Un régime ? La solution à tout !

Un certain monsieur Duk.n – dont tout le monde connait le fameux régime et à qui je ne ferai pas l’honneur de citer son nom puisque c’est probablement là l’effet recherché – vient d’écrire une lettre ouverte aux politiques dans laquelle il fait un certain nombre de propositions pour lutter contre l’obésité.
A ma décharge, je n’ai pas lu son livre.
Mais l’une de ses propositions, largement reprise par les médias ces jours-ci (à lire sur Elle, Europe 1, et d’autres encores) a particulièrement retenu mon attention … et me parait significative de la vision qu’a ce monsieur des problèmes de poids.

Sa proposition est donc la suivante : Il prône «une option «poids d’équilibre au bacalauréat. Il s’agit pour les lycéens d’obtenir des points pour l’examen en gardant un indice de masse corporelle compris entre 18 et 25 entre la seconde et la terminale.»

Cela pourrait paraitre à certains une bonne idée sauf que …

Sauf que …
Sauf que cela relève de la discrimination physique.
Parce que l’IMC – peut-être Monsieur D. ne le sait-il pas ? – est une mesure statistique, ce qui signifie qu’une partie des gens sont naturellement en-dehors de cette plage, soit en-dessous, soit en-dessus. Et que, donc ces gens-là – qui sont naturellement maigres ou naturellement ronds – seraient pénalisés …

Mais j’entends certains me dire

oui mais les gros, ils n’ont qu’à faire un régime !

… car oui, c’est bien connu, les problèmes de surpoids ne sont QUE des problèmes de VOLONTE ! Ah cette sacro-sainte volonté, qui nous permettrait de tout faire, de toute réussir …

Maigrir, c’est une question de volonté ?

Sauf que, si les problèmes de poids étaient des problèmes de volonté – comme tous les problèmes d’addiction d’ailleurs – il y a belle lurette qu’ils n’existeraient plus.

Dessin humoristique de Olivia de Hagimont

Dessin de Olivia de Hagimont – retrouvez-le sur son blog : http://blog.oliviaaparis.com/

Mais comme on nous fait croire depuis des décennies qu’avec un peu de volonté, on peut maigrir, qu’il «suffit» de manger équilibré pour mincir, que ceux qui n’y arrivent pas ne sont que des faibles, mous, sans volonté, …

Donc tous les gens ronds sont des gens faibles, mous et sans volonté, qui n’ont qu’à se prendre un peu en main, allons que diable, un peu de volonté voyons !

La volonté dans les problèmes de poids, voilà ce que ça donne … Je cite le blog de Caroline, intitulé «pensées de ronde» :

«Dans les années 90, elle a découvert les sachets protéinés. Ahhh, les sachets. Ces pancakes en poudre au goût métallique, ces « pudding » à la vanille platreux et laxatifs. Et la phase de sta-bi-li-sa-tion. Qui ressemblait à s’y méprendre au régime Dukan, avec viande et protéines animales à tous les étages et gros contrôle sur les légumes sucrés type carottes et haricots verts. Le mal, les carottes. A nouveau, jackpot, moins 15 kilos. Et l’apparition de l’obsession. Du poids, des hanches qui saillent, de l’en-cas protéiné qu’on mangera dans deux heures, putain c’est long deux heures. Et non, je ne veux pas aller bouffer chez truc, elle va encore faire des lasagnes, tu sais bien que je déteste ça. Enfin, j’adore ça, mais ça revient au même, on se comprend. Oui, je fume deux paquets par jour, mais essaie, toi, de ne bouffer qu’un quart de pomme en dessert et dis-moi ce que ça te fait. Je suis heureuse, je mets du 38, mais je ne pense plus qu’à ça et j’ai l’haleine qui pue l’acétone à 20 kilomètres. Je suis géniale en même temps, non mais tu en connais des qui ont une volonté pareille ? Je suis une merde, oui, j’ai craqué, j’ai mangé une carotte. J’en pouvais plus des poivrons. Je ne suis pas folle tu sais ? Tu m’aimes encore ? Comment fais-tu ? Non je ne tire pas sur mon pull. C’est sur mon ventre, que je tire, en réalité, mais il est toujours là, ce con.
Et puis cette impression impossible à chasser que de toutes façons, il y aurait toujours des kilos à perdre, encore plus, encore mieux.» (lire l’article en entier sur « Pensées de ronde »)

Et le cercle infernal commence : je fais un régime, je maigris mais je finis par regrossir.

Alors je me sens nulle et faible puisque je n’ai pas réussi à «tenir» … alors je refais un régime pour me prouver que je suis forte et capable … puis je finis par regrossir et de régime en régime, je me sens de plus en plus nulle et incapable de volonté …

Et mon corps qui lutte de toute ses forces pour faire entendre ses besoins physiologiques et/ou émotionnels, besoins qui sont incompatibles avec ce que ma volonté veut.

Les régimes, une guerre contre mon corps

Et là s’engage une guerre terrible entre moi et moi et où il n’y a au final qu’un seul perdant : moi :-/ …
Guerre qui peut durer des années et faire des gros dégats physiques et psychologiques (dépression, anorexie, orthorexie, contrôle alimentaire permanent, …).
Alors Monsieur D., quand vous aurez un peu mieux compris la psychologie de vos patients, peut-être arrêterez-vous d’écrire des livres nuisibles et de faire des suggestions imbéciles …

Sandrine

Cet article vous a plu ? Vous avez envie d’en savoir plus et de recevoir régulièrement des infos autour de ce sujet ? Alors cliquez ici !

Un site à visiter absolument pour mieux comprendre ce dont je parle : http://www.gros.org

Et je remercie Marina Carrère d’Encausse pour son coup de gueule à ce sujet, à lire sur son blog ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>