paris attacks attentats de ParisDes attentats ont eu lieu à Paris hier soir. Je les ai découverts ce matin au réveil. Les Attentats de Paris … #ParisAttacks.

J’ai un déplacement professionnel à Paris durant 3 jours en décembre. Je vais à un concert de métal (oui je suis fan depuis longtemps) la semaine prochaine. Alors j’ai eu peur. Comme tout le monde.

Et puis le choc passé, ce que j’ai eu envie de dire c’est : #60MillionsDeKamikazes

Parce que, malgré la peur, je veux faire passer le message que je peux me tenir debout. Si nous sommes 60 Millions de kamikazes à continuer à aller à des concerts, à nous déplacer, à nous amuser, à accueillir les gens que ces terroristes chassent de chez eux, combien seront-ils à se dresser contre nous ?

Attentats de Paris : je ne veux pas faire la guerre, je veux résister.

Ce matin, en apprenant les attentats, ma fille a pleuré en disant « je ne veux pas que tu ailles à Paris ». Je l’ai prise dans mes bras.

Comment accueillir l’angoisse de mon enfant tout en lui disant que je ne me laisserai pas enfermer ?

Nous avons pleuré toutes les 2 en silence, dans les bras l’une de l’autre. Et puis je lui ai dit.

Je lui ai dit que moi aussi j’avais peur. Mais que ça ferait du sens pour moi de mourir en allant à Paris. Que si je ne le faisais pas, ce serait donner raison à ceux qui essaient de nous faire peur. Que, quitte à mourir, je préférai que ce soit comme ça plutôt que bêtement dans un accident ou à cause d’une maladie.

Je lui ai dit aussi que le problème n’est pas dans la religion ni dans rien de tout cela mais dans la put*** de croyance qui veut qu’il faut que l’autre aie tort pour que j’aie raison.

Ce que j’appréhende le plus, ce n’est pas de mourir finalement. Ce sont les discours nauséabonds et les interprétations absconses qui vont nous pourrir la vie durant les jours qui viennent. Ces divisions qui auront donné raison à ceux qui nous ont attaqués.

Attentats de Paris : 60 millions de Kamikazes, 60 millions de résistants !

Si nous voulons résister, soyons 60 Millions de Kamikazes qui aiment la vie, qui aiment les gens, qui s’amusent, qui rient et qui s’embrassent comme si de rien n’était.

Je vous embrasse tous et je vous souhaite le meilleur pour tout le reste de votre vie, quelle que soit sa durée.

Edit : je ne résiste pas au plaisir de vous partager ce dessin de Johann Sfar qui en dit si long sur mon état d’esprit : « Amis du monde entier merci pour votre ‪#‎PrayForParis‬ mais nous n’avons pas besoin de plus de religion !
Notre foi va à la musique, aux baisers, à la vie, au Champagne et à la joie !
‪#‎ParisIsAboutLife‬ »

paris attack foi joie vie attentats de Paris dessin de Johan SfarCet article vous a plu ? Vous avez envie d’en savoir plus et de recevoir régulièrement des infos autour de ce sujet ? Alors cliquez ici !

  1. KLEIN Christine a dit :

    Bonjour Sandrine
    Je dois aller bosser à Paris lundi et je n’arrive pas à me raisonner, même en lisant ton propos que je trouve juste sur le fond. Je suis terrifiée et je serai incapable de tenir à ma fille le discours que tu as tenu à la tienne ce matin. Je ne serai pas congruente dans la mesure où je ne ferai aucun sens de mourir dans un attentat à Paris… non aucun… même si ça leur donne raison.
    J’ai découvert comme toi les infos ce matin, et je ne cesse de pleurer et de sentir une enclume sur ma poitrine qui m’empêche de respirer correctement. Je crois aussi que je suis trop bouleversée pour réfléchir correctement

    • Un message contre la peur car c’est le but recherché pour influencer nos choix de sociétés libres et accepter de rester dans nos prisons individuelles et collectives Je ne suis Ni Charly et ne serai pas Paris vendredi 13

  2. Merci Sandrine pour ton message, ta réaction et ce message réfléchi.

    En apprenant la nouvelle, j’ai été à nouveau très choquée et j’avais du mal à prendre le recul nécessaire. Ton message m’y a aidé.
    Malgré la peur, je veux rester debout !

    Merci, le meilleur à toi, à vous aussi !!

  3. J’ai un enfant de 3 ans… Il était encore trop petit lors des attentats de janvier, mais là il va a l’école… je ne sais pas si je dois lui en parler. je ne sais même pas s’il a conscience de ce qu’est la mort.
    Merci pour votre post.
    Il rappelle les mots de Jens Stoltenberg :« J’ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça : vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur. Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance. »

  4. Dans les pays où la guerre est une réalité quotidienne depuis combien d’années ? les gens sont bien obligés de vivre avec cette peur de leur mort ou pire, la perte d’un proche qui donne sens à leur vie.
    C’est ce qui a poussé des milliers de réfugiés à risquer leur vie d’une autre terrible façon pour échapper à l’horreur et ils rencontrent notre incompréhension, notre peur et notre hostilité, le mur implacable de nos jugements….
    Quand l’horreur est planétaire où pouvons-nous espérer trouver refuge ? J’ai bien peur que le processus mortifère dans lequel nous sommes engagés ne s’accélère de façon incontrôlable et que la raison ne soit pas ce qui va prendre le dessus.
    Ces événements étaient prévisibles dans le contexte de guerre dans des pays lointains – cependant que veut dire « loin » à notre époque ? Mais les anticipations imaginent toujours un futur sauf que là le temps est devenu le présent avec une brutalité terrible.
    Aux familles concernées vont toutes mes pensées comme à toutes les familles qui, dans le reste du monde sont confrontées à cette odieuse réalité.

  5. Merci pour ce post si juste.
    Je suis enseignante, je suppose que j’aurai des questions des enfants.
    C’est important d’en parler sans faire d’amalgames. Et difficile.

    • Vous laisserez simplement parler votre coeur. N’anticipez pas les questions afin que vos réponses soient spontanées et sereines.

  6. gourdet isabelle a dit :

    je suis désarmée depuis la nouvelle, je suis abasourdie par l’inhumanité.
    Comment peut on devenir si vide à l’intérieur, si vide d’empathie, si vide de tout ?
    Alors je vais continuer avec mes propres armes, celles de la compassion, de l’amour, de l’entraide, des mots, ces armes que j’utilise depuis toujours contre la violence, la barbarie…..
    Ces gens ont sans doute manqué beaucoup d’amour et au risque de passer pour une naïve, une qui n’a rien compris. Je crie au et fort qu’il faut dire aux personnes qui nous entourent qu’on les aime et qu’elles comptent pour nous, surtout à nos enfants et encore plus aujourd’hui

  7. Merci Sandrine pour ce post et à vous pour vos partages.
    Mes pensées vont d’abord à toutes les victimes, les blessés qui luttent entre la vie et la mort, les blessés non visibles mais bien là, et tous ceux qui ont et portent secours et assurent notre sécurité. Cela est pour ici et maintenant et au delà plus ou moins loin de nous aussi, en Syrie, au Liban, en Erythrée, etc…
    J’ai appris hier et j’ai lu sur le net, sans allumer la TV.
    J’ai pleuré aussi. J’ai essayé de partager avec mes enfants.
    J’ai trouvé vos mots justes.
    « Quand l’horreur est planétaire où pouvons-nous espérer trouver refuge ? »
     » Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance »
    Je crois que c’est en nous-même que tout commence, avec un Amour encore plus grand, un amour des autres, une attitude et un égard à la Vie. Il n’y a rien d’angélique dans mes propos.
    Quel chemin mène à tant de désespérance ?
    Je ne comprends pas et je n’excuse pas.
    Et pourtant je crois profondément en l’Humain et à l’énergie du partage.
    Je me déplace à Paris et en banlieue régulièrement, j’irai marcher pour le climat fin novembre et j’irai à la Fête des Lumières de Lyon pour célébrer le bonheur de la Lumière de la Vie et le bonheur du partage, pour rester debout.
    Merci pour le dessin 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>