Le bien-être au travail n’a pas que des avantages !

Le bonheur, le bien-être au travail, … tous les salariés heureux de venir bosser chaque matin, le rêve de tout bon chef d’entreprise moderne qui se respecte (et de ses employés évidemment).

Outre le problème que l’injonction au bonheur peut avoir des effets secondaires néfastes, le bien-être au travail n’a pas que des avantages. Les chantres du bonheur au travail nous  le professent pourtant sur tous les tons : les salariés heureux sont plus productifs, plus efficaces, plus créatifs, plus, plus …

via GIPHY

A quoi sert le bien-être au travail ?

Les émotions agréables nous incitent à faire de nouveaux liens entre nos idées. Elles permettent de mieux intégrer les informations et facilitent la créativité et l’inventivité. Elles favorisent aussi notre engagement dans une plus grande variété d’activités. Au niveau social, elles sont liées à plus de

bien-être au travail monde des bisounours
officialkaywille / Pixabay

comportements de coopération et d’entraide. Tout cela favorise une meilleure santé sur le long terme et renforce notre système immunitaire.

Alors quoi ? Vite le bonheur, le bonheur, le bonheur … Qu’attendons-nous pour mettre tout le monde de bonne humeur dès le lever ??? Le bien-être au travail c’est le pied pour les salariés et les entreprises non ?

Mais peut-être serait-il intéressant d’y regarder d’un peu plus près …

Le côté obscur du bien-être au travail …

Les émotions agréables n’ont pas que des avantages. Loin de là … Vous ne croyez pas ? Pourtant, sous le coup d’une émotion agréable, nous sommes beaucoup moins critiques face à la qualité de certains arguments. Si vous avez une négociation serrée à faire, mieux vaut être de mauvaise humeur, vous vous laisserez moins berner par des arguments fallacieux !

bien être au travail : le côté obscur des émotions agréables
ErikaWittlieb / Pixabay

L’autre pendant des émotions agréables est qu’elles nous incitent à prendre plus de risques : nous osons plus. Pas toujours à bon escient …

Et enfin, les émotions agréables ont un autre pendant très surprenant : elles augmentent notre recours aux stéréotypes !!! Nous sommes plus sujets à nos propres préjugés – y compris inconscients – quand nous sommes de bonne humeur. Les recruteurs devraient donc plutôt être d’humeur maussade avant de commencer à trier des CV ou de recevoir des candidats …

Pfiou, ça devient déjà moins cool d’être tout le temps de bonne humeur là non 🙂 ?

Bien-être au travail : et si les émotions désagréables nous étaient utiles ???

Les émotions désagréables sont utiles au travail. Très utiles même !!! Vous aurez compris qu’elles

bien-être au travail : les émotions désagréables sont utiles
ellisedelacruz / Pixabay

nous rendent plus critiques, y compris à notre propre égard. Elles vont aussi diminuer le recours inconscient aux stéréotypes et nous permettre de mieux analyser notre environnement. Elles facilitent une pensée analytique et convergente.

Elles sont encore utiles à d’autres tâches : elles nous rendent plus attentifs à notre environnement … et donc plus performants dans toutes les taches de contrôle. Si vous avez à  pointer un compte bancaire ou à corriger des fautes d’orthographe, vous serez plus performants si vous êtes de mauvaise humeur ! De bonne humeur, vous allez laisser passer plus de fautes ou vous serez un peu trop tolérants.

Alors toujours à fond pour le bien-être au travail ?

Vous aurez bien sûr compris que je ne milite pas pour faire souffrir les gens dans leur travail 😉 … Il est évident que trop d’émotions désagréables génère de la souffrance à +/- long terme, avec tous les effets délétères que cela implique.

La dictature du tout bien-être au travail simplifie abusivement les choses : nos émotions désagréables nous sont utiles, à bien des titres !


Bien-être au travail : quelques ressources complémentaires

Les formations et coachings professionnels que je propose sont basés sur nos expériences émotionnelles. Ils tiennent compte des processus fins de cognition et de régulation des émotions. Si vous voulez en savoir plus, contactez-moi.

Sur ce blog :

Quelques livres (liens affiliés) :


Posez vos questions pour le prochain SOS S Comm C

Tous les mercredis à 9h30, je tire au sort une question parmi celles qui me sont envoyées par mail. J’y réponds en vidéo en direct sur la page Facebook de S Comm C. Cette question peut porter sur tous les sujets abordés sur le blog : émotions, relations dans le couple, la famille, au travail, stress, confiance en soi, insomnies, dépression, …

Pour voir les précédents SOS S Comm C, cliquez ici !

Vous voulez poser votre question ou assister au prochain SOS S Comm C ? Alors c’est par ici !


Pour nous retrouver et/ou nous soutenir :

*** Pour recevoir chaque semaine nos ressources gratuites sur les émotions et les relations et être informé-e des nouveaux articles du blog , c’est par ici !

*** Pour découvrir toutes nos activités (ateliers, conférences, …), c’est là.

*** S Comm C propose aussi des accompagnements afin de vous aider à vous sortir de ces situations bloquées et difficiles. Les accompagnements sont possibles IRL sur plusieurs lieux en Rhone Alpes et à distance via Skype ou Facetime. Vous pouvez prendre rendez-vous directement en ligne par ici. Pour plus d’informations, contactez Lara par email : lara@scommc.fr.Vous pouvez aussi la contacter si vous souhaitez une intervention autour de ce sujet.

*** Nous rejoindre sur les réseaux sociaux et bénéficier des ressources complémentaires proposées là-bas :

*** Et si vous appréciez nos ressources faites-le nous savoir en nous offrant un café sur Tipeee !

Sandrine Donzel

Parentalité, couple, communication, développement personnel ? Votre vie ne ressemble pas à ce qui est décrit dans les livres ? Pas de panique et bienvenue dans la VRAIE VIE, celle qui est abordée sur ce blog ! Je vous y propose des outils concrets, pragmatiques et REALISTES pour répondre à vos interrogations. Bonne lecture !

Sandrine Donzel has 577 posts and counting. See all posts by Sandrine Donzel

2 pensées sur “Le bien-être au travail n’a pas que des avantages !

  • 15 juin 2018 à 17:03
    Permalink

    C’est étrange mais j’ai l’expérience exactement inverse : les rares fois où j’ai été en accord avec moi-même (ou eu de bonnes relations avec mes collègues quand il m’est arrivée de faire – dans ma jeunesse – des boulots pas passionnants et répétitifs (classer des archives, par exemple)) j’ai fait du bien meilleur boulot que quand j’étais de mauvaise humeur et que j’avais envie de tout envoyer balader ! Je suis désolée mais le bonheur au boulot – surtout quand on travaille auprès des enfants – ce qui était mon cas – c’est vraiment ressourçant et permet d’être plus disponible pour sa vie familiale car le travail ce n’est pas tout dans la vie ! Mais ne vous en faites pas : ici, en France, il faut souffrir pour mériter son salaire autrement le patron a le sentiment de se faire arnaquer : il ne va quand même pas nous payer pour que nous nous épanouissions ! Et le paradoxe est : cela même si ce que nous faisons lui donne une bonne image de marque….
    D’ailleurs il ne faudrait pas trahir les origines latines du mot « travail » dont le fait que ce même terme soit employé pour l’accouchement donne une idée !
    Je suis souvent d’accord avec vos propos et ils ont souvent alimenté ma propre réflexion mais parfois je reste bouche-bée devant vos écrits qui me semblent quelque peu masochistes !
    Dommage ou tant mieux, je ne sais pas mais pour l’instant, pour moi, le verre reste encore à moitié plein !

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :