Comment arrêter de culpabiliser ?

Trop de culpabilité empêche de prendre soin de soi et amène à l’épuisement. Beaucoup de mères le sentent bien et cherchent des conseils pour arrêter de culpabiliser.

Ces mères me disent : « Quand je prends du temps pour moi je culpabilise tellement que je n’en profite pas, alors à quoi bon ? J’aimerai bien arrêter de culpabiliser mais je n’y arrive pas. »

Alors comment faire pour arrêter de culpabiliser ? Zou, c’est parti : voici mes pistes et mes réflexions à propos de la culpabilité :-).

Si vous préférez la vidéo (ou l’audio), cet article est disponible en version vidéo, à retrouver en fin d’article ⬇️.

Alors comment se débarrasser de ce sentiment de culpabilité qui vous empoisonne la vie ?

Quand on culpabilise, on voudrait juste … ne plus culpabiliser.

On croit que, une fois débarrassée de ce sentiment inutile, on pourra faire comme bon nous semble.

Oui mais voilà, la culpabilité, comme toutes les émotions, ne se décide pas !

La culpabilité est une émotion à vocation sociale. Elle nous incite à nous préoccuper des conséquences de nos actes sur les autres.

Autrement dit : la culpabilité est une émotion très saine et indispensable à la vie en société !

Sans culpabilité, personne ne s’excuserait d’avoir bousculé son voisin, personne ne ferait attention aux autres (sauf si l’autre en question nous fait peur).

Si vous voulez approfondir, j’ai déjà parlé de la culpabilité dans mon article du Guide des Emotions « La culpabilité, amie indésirable ».

On ne peut pas arrêter de culpabiliser

Donc la culpabilité n’est PAS le problème : la culpabilité n’est qu’une messagère.

La culpabilité permet de réaliser qu’on ne fait pas aussi bien qu’on pense devoir faire, qu’on n’est pas au niveau qu’on aimerait atteindre dans notre soin aux autres.

(soit dit en passant : ça pose la question du niveau rêvé et du niveau réaliste … mais ce sera surement l’objet d’un autre article 😁).

La culpabilité, c’est la partie de nous qui nous incite à en faire toujours plus et toujours mieux pour les autres.

C’est SON BOULOT.

Donc on ne peut pas attendre de la culpabilité qu’elle nous dise « c’est bien ma fille, tu as bien bossé, repose-toi maintenant ».

CE N’EST PAS SON JOB ET ELLE NE FERA JAMAIS. Ni aujourd’hui, ni demain, ni jamais.

Donc si vous attendez de cesser de vous sentir coupable pour prendre soin de vous, je vous le dis tout net : ça n’arrivera JAMAIS.

Par contre, si vous vous reposez, que vous prenez soin de vous et qu’après ça, vous êtes moins énervée, moins fatiguée, vous allez mieux prendre soin des autres. Et là, notre amie la culpabilité n’aura plus qu’à fermer sa bouche 🤣.

Arrêter de culpabiliser, ce n’est pas un préalable à prendre soin. C’est une conséquence.

En accompagnement, j’utilise quelques fois une image pour parler du sentiment de culpabilité. Je dis :

« La culpabilité est comme une courbature du muscle de l’égoïsme. »

(Petite parenthèse personnelle, en forme de clin d’oeil à une Twitta qui m’a traitée – je cite – de « bullshiteuse de première » le jour où j’ai parlé de cette métaphore sur les réseaux sociaux :

Non, cette image de la culpabilité n’est pas issue d’une modèle scientifiquement validé. Je le sais et je n’ai jamais prétendu autre chose.

Mais cette comparaison entre la culpabilité et un muscle est une image, une métaphore certes incomplète et pas étayée scientifiquement mais qui a le mérite de vulgariser un concept et de le rendre utilisable de manière très concrète par les gens que je reçois …

Fin de la parenthèse)

Bref revenons à nos moutons broutant allègrement dans les prairies de la culpabilité … ou plutôt à notre muscle de l’égoïsme !

Le muscle de l’égoïsme est largement sous utilisé par la plupart des mamans.

Et que se passe-t-il quand on se remet à utiliser un muscle qui n’a pas vraiment travaillé depuis longtemps ?

Je vous le donne en mille : il fait mal, on a des courbatures.  

Quand nous l’avons sous-utilisé pendant longtemps pour ne pas dire depuis toujours ce muscle se rappelle à nous à chaque fois que nous l’utilisons.

Ca ne veut pas dire que nous nous faisons du mal et que nous devons ABSOLUMENT arrêter de faire du sport.

Ca veut juste dire que nous faisons quelque chose de nouveau, que nous avons besoin de nous habituer à cette chose nouvelle.

Petit à petit, avec une pratique régulière – peut-être pas trop intensive au début – notre muscle va se développer et devenir plus solide. Nous n’aurons plus de courbatures (sauf quand on aura vraiment trop forcé une fois de temps en temps, pour nous rappeler de faire attention).

Bref, s’enjoindre d’arrêter de culpabiliser n’est pas un objectif atteignable.

Exercer son muscle de l’égoïsme jusqu’à trouver un équilibre entre altruisme et égoïsme me paraît plus efficace.

Un équilibre avec juste ce qu’il faut d’altruisme pour bien prendre soin de vos enfants et juste ce qu’il faut d’égoïsme pour prendre soin de votre santé mentale sur le long terme.

Et chez vous, vous en êtes-où de la balance entre altruisme et égoïsme ?

Une précision ; si vous sentez que vous avez besoin de prendre du temps pour vous, de récupérer mais que vous n’y arrivez pas à le faire, vous avez probablement besoin d’une aide psychologique extérieure pour surmonter les difficultés rencontrées.

Nos émotions sont parfois des pièges dont il est difficile de se dégager sans un regard extérieur (ça ne prend pas forcément des années, au contraire !)

Pour en savoir plus sur les accompagnements que je propose, c’est par ici.

Pour aller plus loin au sujet de la culpabilité et mieux la surmonter

Sur ce blog, quelques articles complémentaires :

Bonne réflexion !

La version vidéo de cet article sur la culpabilité

Cet article vous a été utile ? Vous pouvez me le faire savoir en faisant un don sur Tipeee, une plateforme de pourboire participatif … ou simplement en relayant cet article à vos amis ou sur les réseaux sociaux 😍.

Si vous ne voulez plus rater aucun article et être informé-e de mon actualité (conférences et ateliers), inscrivez-vous à la newsletter de S Comm C par ici.

Sandrine Donzel

Parentalité, couple, communication, développement personnel ? Votre vie ne ressemble pas à ce qui est décrit dans les livres ? Pas de panique et bienvenue dans la VRAIE VIE, celle qui est abordée sur ce blog ! Je vous y propose des outils concrets, pragmatiques et REALISTES pour répondre à vos interrogations. Bonne lecture !

Sandrine Donzel has 720 posts and counting. See all posts by Sandrine Donzel

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :