Bienveillant oui, mais bientraitant pas si sur !

Bienveillance éducative, éducation bienveillante, positive, … Le terme « bienveillance » est dans l’air du

bienveillance ou bientraitance ?
johnhain / Pixabay

temps, et pas uniquement pour l’éducation et la relation à l’enfant. Dans le soin (médical), dans les établissements pour personnes âgées, dans le management, la bienveillance est partout. Et heureusement : il est temps de nous préoccuper de la façon dont nous nous occupons les uns des autres. Pourtant, le terme peut parfois hérisser le poil de certains : l’absence de bienveillance implique-t-elle la malveillance ? En d’autres termes, « si je ne suis pas bienveillant-e, suis-je malveillant-e ? »

La question ainsi tournée devient source de stress pour les parents ou chez les soignants les plus préoccupés de faire au mieux ! La bienveillance devient alors un outil culpabilisant dans les mains des spécialistes qui la prônent.

Nous sommes tous bienveillants !

Définition (Wikipédia) : La bienveillance est la disposition affective d’une volonté qui vise le bien et le bonheur d’autrui.

La bienveillance se définit au niveau des INTENTIONS. Avoir envie de donner le meilleur à son enfant, de favoriser son développement, de lui donner les meilleurs outils possibles pour vivre une vie heureuse, agréable, réussie, c’est ça la bienveillance.

Les parents sont donc tous bienveillants !

A ce stade de mon expérience, je n’ai encore jamais rencontré un seul parent non bienveillant. Même mes interventions dans des établissements pour familles en situation de maltraitance ne m’ont pas permis de rencontrer des parents malveillants. Idem pour les soignants : ils sont tous (ou presque) bien intentionnés et souhaitent faire au mieux pour leurs patients.

Justement, bienveillance et bientraitance sont 2 choses différentes !

Malgré nos bonnes intentions, nous pouvons très facilement avoir des comportements maltraitants. Cela peut même arriver SANS QUE NOUS NOUS EN RENDIONS COMPTE !

Cela n’est d’ailleurs pas réservé à la relation parent-enfant. Les relations patient-soignant ou manager-collaborateur, le couple, les relations amicales sont toutes concernées. La bonne intention ne suffit pas. Elle peut même constituer un piège.

« L’enfer est pavé de bonnes intentions. C’est au nom du bien que les hommes se font du mal. » – Arnaud Desjardins

Le concept de bientraitance me parait donc préférable à celui de bienveillance. La maltraitance est bien l’opposé de la bientraitance ; différencier bienveillance et bientraitance permet de résoudre le paradoxe entre l’intention bienveillante et son résultat.

Malheureusement les définitions officielles de la bientraitance posent un problème identique à celle de la bienveillance : elles sont définies uniquement du point de vue de l’auteur des actes.

Pourtant, la seule personne apte à définir si un comportements est ou non bien-traitant, c’est la personne qui le subit.

La polémique sur les violences obstétricales relève exactement du même débat : les patientes disent « nous sommes maltraitées » : elles parlent de la façon dont elles vivent les gestes pratiqués ; les soignants disent « Nous agissons pour le bien des patientes » : ils parlent de leur intention. En passant, je vous invite à lire le blog de Marie-Hélène Lahaye, très éclairant sur le sujet des violences obstétricales.

Comment évaluer la bientraitance d’une relation adulte-enfant ?

Evaluer la bientraitance d’une relation adulte-enfant – et de toute relation où existe un pouvoir d’autorité (expert/novice, manager/collaborateur, soignant/soigné, etc) pose plusieurs problèmes majeurs. Je les formule ici du point de vue adulte-enfant mais ils peuvent être facilement transposés aux autres situations :

  • l’enfant a des compétences encore limitées. Le tout-petit notamment n’a pas de mots pour dire ce qu’il ressent. Comment dire que quelque chose va pas dans ce cas ?
  • L’enfant n’a pas de recul sur son expérience. Il vit avec ses parents depuis sa naissance. Tant qu’il n’est pas en contact avec d’autres enfants et d’autres adultes, il ne connaît rien d’autre et considérera donc que ce qu’il vit est la norme, même s’il en souffre.
  • la perception de la bientraitance évolue avec le temps. Au moment où vous dites non à votre enfant pour un 5e biscuit, il ne vous trouvera probablement pas bientraitant du tout. Pourtant, ce refus lui sera utile sur le long terme. La bientraitance éducative s’évaluera donc plutôt sur le long terme que sur le court terme. J’en avais déjà parlé ici.

Le résultat de notre attitude compte donc dans l’évaluation de la bientraitance.

L’attitude en question peut parfaitement être labellisée « bienveillante »  dans les manuels d’éducation. Cela n’enlèvera rien à son impact négatif si elle est utilisée dans le mauvais contexte. Inversement, elle peut être considérée comme « non bienveillante » et pourtant réparer une relation difficile.

J’avais là aussi déjà abordé ce sujet dans l’article « une famille normale« .

La bientraitance, une question d’éthique

La bienveillance est donc un concept inutile en parentalité : aucun d’entre nous ne souhaite du mal à ses enfants (même si nous sommes parfois tentés de leur « faire mal » – en les faisant culpabiliser ou leur faisant honte ou peur – pour provoquer un changement d’attitude).

Se questionner sur la bientraitance de nos actes est nécessaire, même si cela est difficile.

La bientraitance est un concept plus adéquat : il remet la qualité de la relation au centre du problème. Ce n’est pas seulement mon intention qui compte, c’est la façon dont l’autre vit mes actes.

L’évaluation se traduit alors au niveau de la relation et non au niveau individuel : la relation est-elle bientraitante ? Pour qu’elle le soit, LES 2 PARTIES doivent se sentir bien :

bienveillance ou bientraitance : comment savoir ?
geralt / Pixabay
  • vous (le parent, l’adulte, le soignant, etc) : votre attitude vous amène-t-elle à ressentir des émotions agréables ? Vous sentez-vous fier-e de vous, compétent-e ? Aidant ?
  • l’autre (l’enfant, le patient, etc) : ses émotions ont-elles plutôt tendance à s’apaiser ? Evolue-t-il dans le sens de la sérénité et de l’autonomie (= « je sais faire par moi-même, sans avoir besoin de contrôle si léger soit-il« ) ?
  • La relation entre les 2 : est-elle apaisée et légère la plupart du temps ?

Si la réponse à l’une de ces questions est non, il y a probablement quelque chose à changer 🙂. Vous trouverez des pistes pour de nombreuses situations en parcourant ce blog, et notamment en consultant la page « Avec les enfants« .

La distinction bienveillance / bientraitance, ainsi que les moyens de se sortir d’une situation coincée, seront traités dans mon livre, à paraitre début 2019. Si vous voulez être informé-e de sa sortie, laissez-moi votre adresse email par ici.

Retrouvez aussi des ressources complémentaires (articles et livres notamment) à la fin de cet article.


Posez vos questions pour le prochain SOS S Comm C

Tous les mercredis à 9h30, je tire au sort une question parmi celles qui me sont envoyées par mail. J’y réponds en vidéo en direct sur la page Facebook de S Comm C. Cette question peut porter sur tous les sujets abordés sur le blog : émotions, relations dans le couple, la famille, au travail, stress, confiance en soi, insomnies, dépression, …

Pour voir les précédents SOS S Comm C, cliquez ici !

Vous voulez poser votre question ou assister au prochain SOS S Comm C ? Alors c’est par ici !


Pour nous retrouver et/ou nous soutenir :

Vous appréciez les ressources mises à disposition sur ce blog ? Faites-le moi savoir en m’offrant un café (ou autre chose) sur Tipeee !

Vous avez envie de recevoir chaque semaine nos ressources gratuites sur les émotions et les relations et être informé-e des nouveaux articles du blog , c’est par ici !

Pour découvrir toutes nos activités (ateliers, conférences, …), y assister ou organiser une conférence, c’est là.

S Comm C propose aussi des accompagnements afin de vous aider à vous sortir des situations bloquées et difficiles que vous vivez. Les accompagnements sont possibles IRL sur plusieurs lieux en Rhone Alpes et à distance via Skype ou Facetime. Vous pouvez prendre rendez-vous directement en ligne par ici.

Vous pouvez aussi nous rejoindre sur les réseaux sociaux et bénéficier des ressources complémentaires proposées là-bas (des citations, des moments inspirants, etc) :


Bienveillance ou bientraitance des ressources complémentaires

Sur ce blog :

Quelques livres (liens affiliés) :

Sandrine Donzel

Parentalité, couple, communication, développement personnel ? Votre vie ne ressemble pas à ce qui est décrit dans les livres ? Pas de panique et bienvenue dans la VRAIE VIE, celle qui est abordée sur ce blog ! Je vous y propose des outils concrets, pragmatiques et REALISTES pour répondre à vos interrogations. Bonne lecture !

Sandrine Donzel has 577 posts and counting. See all posts by Sandrine Donzel

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :