La question de Léo : pourquoi mon père ne dit plus bonjour à ma mère ?

14.08.04 couple disputeComme chaque semaine cet été, j’ai écouté « Dis pourquoi » sur France Inter avec Claude Halmos.

L’émission du 19 juillet 2014 portait sur une question très importante qui concerne les parents divorcés. Vous pouvez réécouter cette émission sur le site de France Inter par ici (il est intéressant de l’écouter en complément de ma propre réponse ici) :

La question de Léo, 7 ans, posée à sa tante, était la suivante : « Pourquoi mon père ne dit plus bonjour à ma mère ? »

La tante rapporte qu’elle a été embarrassée pour répondre.

D’abord, quelques idées et quelques pistes pour les parents et adultes qui sont confrontés à ce genre de questions puis je répondrai directement à Léo.

Quand les adultes sont embarrassés pour répondre aux questions des enfants

Notre embarras d’adulte face à une question d’enfant montre souvent que nous avons à coeur de répondre de façon aidante pour nos enfants. Il révèle que nous voulons bien faire et nous incite pour cela à être prudent dans nos réponses.

C’est plutôt bon signe non 😉 ?

Qu’est-ce qu’un enfant a besoin de savoir ou pas ?

Je trouve dommage qu’on fasse souvent des suppositions sur ce que l’enfant a besoin de savoir ou non, sur les choses qui relèveraient soi-disant de l’intimité du couple conjugal, … Il serait à mon avis plus pertinent de questionner l’enfant pour en savoir où lui-même en est de sa réflexion.

12.03.29 citation rogers guider apprentissagesLes enfants n’ont pas besoin que les adultes sachent tout et leur donnent des réponses, ils ont besoin qu’on les guide dans leur réflexion en respectant leur propre position. Voilà une vraie façon de considérer l’enfant comme un être humain mais pas forcément comme un adulte : on considère qu’il est capable de réflexion mais qu’il a besoin d’informations et de guidance pour se faire son propre chemin. Partir du principe que l’adulte sait, que c’est lui qui décide ce que l’enfant doit savoir ou non n’est pas une façon de respecter l’enfant à mon avis.

De plus, penser que l’adulte doit absolument savoir trier les « bonnes » et les « mauvaises » informations à donner à l’enfant fait peser sur les parents un poids considérable ! S’ils ne choisissent pas les bonnes choses à dire, alors leur enfant aura des problèmes ? Culpabilisant pour les parents en plus d’être infantilisant pour les enfants.

Cette jolie citation de Carl Rogers – déjà relayée ici – s’applique aussi aux enfants :

« Si je n’ai pas confiance dans l’être humain, je suis alors bien obligé de le gaver d’informations, choisies par moi pour l’écarter du mauvais chemin qu’il prend. Mais si, au contraire, j’ai foi dans la capacité de l’homme à développer ses propres potentialités, alors je peux lui permettre de choisir sa propre voie et de se diriger lui-même dans sa formation. »

Si Léo pose cette question, c’est que la situation l’a surpris, choqué, peiné, … et très probablement qu’il a déjà amorcé une réflexion à ce sujet. Une réponse intéressante à donner à Léo aurait pu être, par exemple :

C’est difficile de savoir ce qui se passe dans la tête des gens. Tu en penses quoi toi ? Tu as déjà réfléchi à ce sujet peut-être et tu as sans doute un avis sur la question ?

Cela permet de savoir un peu mieux où en est l’enfant dans sa réflexion et donc de mieux l’accompagner en partant de son propre point de vue. De cette façon, on pourra aussi savoir si la question de Léo est simplement une question de compréhension des relations humaines – qu’est-ce qui peut amener des gens qui s’aiment à se détester et parfois à se faire du mal ? – ou une question révélant chez lui une inquiétude – est-ce que mes parents peuvent me dés-aimer ?

Quand rassurer inquiète …

Il est primordial de comprendre la question derrière la question. Si on part un peu vite bille en tête sur l’hypothèse que l’enfant s’inquiète que ses parents puissent ne plus l’aimer, on va avoir tendance à rassurer l’enfant, ce qui paradoxalement risque de l’inquiéter et de lui créer des questions qu’il ne se posait pas.

Il est extrêmement facile de créer un problème à quelqu’un qui n’en a pas en quelques mots, particulièrement avec les enfants.

D’où l’importance de partir de leur point de vue et de comprendre leur objectif quand ils posent une question.

Pourquoi les parents se séparent ?

Pour ma part, je crois que, dans une relation de couple, il y a plusieurs dimensions relativement indépendantes les unes des autres : la sexualité, l’amour (respect, admiration, envie d’être ensemble et de faire des choses ensemble) et la relation (la façon qu’on a d’être en relation l’un avec l’autre. Ces dimensions sont souvent confondues et imbriquées les unes dans les autres. Je dirais quand même que l’aspect sexuel est très détaché des 2 autres aspects. On peut désirer quelqu’un sans l’aimer – même si un peu d’admiration est nécessaire ! – et sans avoir une relation respectueuse avec cette personne (et l’inverse est vrai aussi : on peut aimer et avoir une relation respectueuse sans désirer sexuellement). On peut aussi aimer quelqu’un et/ou le désirer ET avoir du mal à construire une relation respectueuse. Evidemment ces 3 aspects s’influencent les uns les autres et évoluent conjointement.

D’ailleurs, la séparation provient généralement du fait qu’on n’arrive pas à rester en relation l’un avec l’autre sans souffrir.

14.05.26 entre nous bugey radio couple citation salomeCa n’a souvent rien à voir avec l’amour et même parfois on peut continuer à s’aimer mais ne pas arriver à rester ensemble.

Cette citation de Jacques Salomé me parait parlante à cet égard :

Ce n’est pas l’amour qui maintient ensemble deux êtres mais la qualité de leur relation.

Que dire à propos de la séparation ?

Contrairement à Claude Halmos, je ne vois pas pourquoi les raisons de la séparation ne pourraient pas être dites à l’enfant. Un non-dit à ce sujet peut créer de la confusion dans l’esprit de l’enfant, de l’incompréhension. Par exemple, s’il y avait des disputes, l’enfant peut croire que les disputes sont la raison de la séparation. Adulte, il risque de chercher à éviter les disputes pour maintenir son couple alors que les disputes peuvent être tout à fait constructives dans un couple, même avec des éclats de voix.

Le seul bémol que je mettrais à ces explications, c’est le respect de chacun. Ce que vivent mal, en général, les enfants, ce n’est pas la séparation en elle-même, ce sont les conflits et le fait que leurs parents se dénigrent l’un l’autre. Expliquer ce qui nous a amené à prendre la décision de se séparer est une bonne chose à condition de pouvoir le faire sans rejeter la faute sur l’autre parent.

C’est constructif aussi pour un enfant de comprendre ce qui amène une relation de couple à se dégrader. Là encore, c’est un bon apprentissage relationnel qui lui permettra probablement d’acquérir des informations et des compétences relationnelles qui pourront l’aider plus tard.

Si on ne se sent pas capable de le faire, on peut proposer à l’enfant d’en parler avec un tiers extérieur en lui disant que c’est difficile pour nous d’en parler.

Et quand un des parents critique l’autre ?

C’est une chose qui arrive fréquemment en cas de séparation. Les enfants vivent généralement cela assez mal sans forcément avoir complètement conscience de ce qui leur pose problème. Ils peuvent reprendre les propos entendus et les répéter à l’autre parent, simplement pour comprendre l’impact que cela peut avoir : « tu cuisines mal« , « tu ne fais pas de cadeaux alors que mon autre parent oui« , etc.

Le risque de répondre à l’enfant que le parent qui critique a tort de le faire et qu’il le manipule, c’est qu’on s’engage dans un bras de fer entre adultes par enfant interposé. Qui a raison ? Celui qui critique ou celui qui critique celui qui critique ?

J’ai une grande confiance dans le ressenti des enfants sur la situation. Et quand, dans ce genre de situations, on leur pose des questions pour les aider à y voir plus clair plutôt que d’essayer de leur dicter ce qu’ils doivent penser, cela leur permet de se faire leur propre opinion. Et ils seront reconnaissants au(x) parent(s) qui auront respecté leur point de vue.

Plus concrètement, on peut demander à l’enfant

C’est toi qui pense ça ou c’est quelqu’un d’autre qui te l’a dit ? Et tu es d’accord avec ça ?

J’avais abordé un peu ce sujet, sous un autre angle, dans un vieil article de 2011 intitulé « pour éduquer ses enfants, tout est bon à prendre ».

L’enfant peut-il comprendre une séparation puisqu’il n’a pas vécu un amour d’adultes ?

C’est là un point où ma vision de l’enfant diffère radicalement de celle de Claude Halmos. Elle nous dit qu’un enfant ne peut pas comprendre pourquoi les adultes se séparent puisqu’il n’a jamais vécu un amour d’adultes.

Je pense, de mon côté, qu‘un enfant peut parfaitement comprendre qu’une relation se dégrade, qu’on peut en arriver à être si frustré et si en colère qu’on a l’impression de détester l’autre. Il le voit et il le vit chaque jour avec ses amis, sa famille (même ses parents quand ils se mettent en colère contre lui ou quand lui-même se met en colère contre ses parents), ses enseignants, ses frères et soeurs s’il en a, …

Mettre des mots sur ce mécanisme ne peut encore une fois que l’aider pour sa vie future à identifier l’escalade qui conduit à une séparation, qu’elle soit dans le couple ou dans n’importe quelle relation.

Quant à la force des sentiments qu’un enfant peut éprouver, je pense que nous, les adultes, nous la sous-estimons grandement. Leur amour est – peut-être – dénué de la dimension sexuelle mais il n’en est pas moins fort pour autant. Les amours enfantines peuvent être très fortes.

Bon mais alors on lui répond quoi à Léo quand il demande

Pourquoi mon père ne dit plus bonjour à ma mère ?

Et bien, peut-être tout simplement Léo, que dire « bonjour », ça veut dire « je suis d’accord pour discuter avec toi ». J’en avais parlé dans « Dis bonjour à la dame … la politesse, ça sert à quoi ? ».

Si ton père ne dit plus bonjour à ta mère, c’est probablement qu’il est très fâché contre ta maman, pour des raisons que j’ignore. Peut-être que c’est elle qui a décidé de partir et que lui voulait qu’elle reste. Peut-être y a-t-il d’autres choses encore.

Bref, ton père est fâché et probablement très triste. Et quand nous sommes comme ça dans une émotion très forte, nous faisons des choses parfois pas très habiles pour essayer soit de faire comprendre à l’autre que nous avons mal, soit pour lui faire payer le fait que nous avons mal.

C’est comme toi quand un copain – ou ton frère ou ta soeur – te fait quelque chose de pas sympa, tu as probablement envie de leur taper dessus ou de leur crier dessus. Ne pas dire bonjour, c’est un peu pareil. En quelque sorte, c’est une façon de dire « je suis fâché et triste, j’ai envie que tu aies mal toi aussi pour comprendre comment j’ai mal moi ! »

Voilà Léo, j’espère que ça répond à ta question …

Si vous souhaitez que ce type de discours soit plus souvent abordé dans les médis, n’hésitez pas à relayer cet article ;-).

Et retrouvez tous les articles de la série « Dis Pourquoi » par ici.

Photo Credit: alexdecarvalho via Compfight cc

Quelques livres pour aller plus loin :

Sandrine Donzel

Inspiratrice de bienveillance ... envers les autres et envers soi-même :-) ... Coach, formatrice, conférencière et auteure du blog S Comm C

sandrine has 491 posts and counting.See all posts by sandrine

3 pensées sur “La question de Léo : pourquoi mon père ne dit plus bonjour à ma mère ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :