Et si on parlait trop à nos enfants ?

Ou comment le silence peut aider les problèmes à se résoudre …

Avec les enfants, tout est langage …

Françoise Dolto nous l’a dit « tout est langage ». Depuis, nous parlons à nos enfants: nous expliquons, nous verbalisons. Et c’est bien : les mots posés aident l’enfant à mieux digérer, mieux comprendre, mieux vivre la situation et donc à s’adapter et à changer pour aller mieux.

Mais parfois, nous avons expliqué calmement, sereinement, posément. Dit et re-dit la règle qui s’applique. Reformulé les émotions – celles de l’enfant et les nôtres. Parlé de nos besoins. Cherché à comprendre ses besoins à lui … Mais rien n’y fait. Le problème se reproduit encore et encore. La frustration commence à monter en nous … Et nous voilà partis à dire des choses horribles à nos enfants … Parfois, ce sont nos gestes qui deviennent violents. Ces énervements ne sont ni la preuve que vous êtes un parent indigne, ni que vous avez été maltraités étant enfant : ils sont juste le résultat de l’échec de vos tentatives. C’est l’effet « carte de fidélité ». Lire la suite de cet article

J’ai lancé mon activité depuis déjà 7 ans. Et oui 7 ans déjà ! J’ai l’impression que c’était hier. Et en même temps, les questions d’alors me semblent très loin ! Depuis déjà plusieurs mois années, mon agenda est plus que chargé (et encore là ce n’est que la partie émergée de l’iceberg). Vous l’avez peut-être compris à mots couverts au travers des différents articles que j’ai publiés sur la gestion du temps.

Je suis en effet cheffe d’entreprise. Ce qui veut dire qu’en plus d’être accompagnante parentale/coach, formatrice, conférencière, rédactrice, je suis aussi .. commerciale, comptable, secrétaire, acheteuse, responsable communication et marketing, etc, etc. Avec le développement de mon activité – grâce à vous qui me lisez !!! – tout ça commençait à faire beaucoup pour une seule personne. Je m’approchais dangereusement du burn-out à certaines périodes.

J’ai donc pris la décision d’intégrer une nouvelle personne qui va me permettre de travailler encore mieux ! Pour cela, il me fallait une personne de confiance, qui partage mes valeurs, qui soit compétente et efficace ! Et j’ai trouvé la perle dans mon entourage proche … Elle s’appelle Lara.

Je vous propose donc de faire plus amplement sa connaissance 🙂 au travers de ses réponses à quelques questions que je lui ai posées.

Si vous avez d’autres questions, ou si vous souhaitez tout simplement lui souhaiter la bienvenue, vous pouvez le faire en commentaire de cet article, elle vous lira attentivement :-).

Sandrine

Qui es-tu et comment as-tu rencontré Sandrine Donzel et S Comm C ?

Lire la suite de cet article

Bientôt les vacances ! « Chouette » nous disons-nous, « Plus de contraintes horaires, des activités cool pour faire plaisir aux enfants … Enfin de bons moments en perspective !« .

Ce qui est, si j’en crois mon expérience, une position remarquablement optimiste. Tout parent doté de pré-ados – ou d’ados, ou simplement d’enfants râleurs – comprendra que je parle de cet âge merveilleux auquel presque tout ce que nous proposons est forcément nul et non avenu. Forcément car nous sommes de vieux cons des gens qui ne comprennent rien aux intérêts de la nouvelle génération.

Comme tout bon parent attentif à ses enfants, généreux – et optimiste donc ! – nous organisons de sublimes sorties en famille. Un bel endroit, des activités diverses possibles, le beau temps. Nous mettons toutes les chances de notre côté pour que tout le monde y trouve son compte.

Pas de bol, l’enfant/le pré-ado/l’ado (rayez la mention inutile ou gardez les 3 si vous avez les 3) ne voit pas cette fantastique sortie du même oeuil que nous. Et il nous le fait savoir. Clairement. Il – elle si c’est une fille, la râlerie n’étant pas genrée – râle, soupire, traine la patte.

C’est nul.

Y a même pas de wifi.

C’est trop dur (version pour la rando)

L’eau est trop chaude/froide (versions pour la plage)

Y a personne d’intéressant.

En variante enfant, voire bambin, ça peut donner :

je veux pas faire le manège.

ou bien simplement un enfant qui rechigne à aller se baigner, qui ne joue pas avec sa ribambelle de jeux de plage et ne s’intéresse aucunement à toutes les possibilités extraordinaires que lui offrent cette sortie.

colère face à un ado râleur

tu le sens l’agacement qui te monte au nez quand ton ado râle alors que tu as tout fait pour lui ???

Quel manque évident de reconnaissance pour notre investissement parental ! Quelle frustration – ou quelle inquiétude ! – d’avoir un enfant qui ne sait pas profiter des chouettes moments de la vie ! On peut même à se demander si nos enfants ne sont pas dépressifs à les voir agir de la sorte.

Lire la suite de cet article

épuisement parental critèresJe reçois souvent en accompagnement des parents – pères et mères – qui s’énervent – fort – sur leurs enfants et qui souhaitent changer cela. Ces parents pensent en effet souvent que ce sont eux qui ont un problème dont il faut aller chercher les causes dans leur passé. Comme s’ils devaient se « soigner » de leur violence.

Or, pour moi, hurler, crier, avoir des comportements plus ou moins violents est souvent le signe que nous sommes épuisés. Je préfère donc d’abord aller chercher les signes d’épuisement, de fatigue. Si la fatigue n’est pas traitée, il n’y a généralement aucune chance que la violence disparaisse.

La difficulté du métier de parent est largement sous estimée.

Intervenant aussi en entreprise, notamment pour des accompagnements autour du burn-out, j’ai rapidement fait le parallèle entre les critères qui caractérisent un métier comme étant à fort risque de burn-out … et le métier de parent ! Violaine Guéritault en parlait aussi très bien dans son livre « La Fatigue Emotionnelle et physique des mères » il y a quelques années.

En milieu professionnel, ces critères sont clairement listés. Un métier qui comporte ces risques implique un suivi accru des salariés concernés. L’objectif est de détecter les signes d’épuisement avant qu’il ne soit trop tard. Or ces critères sont tous rassemblés pour les parents. Je vous les détaille un par un … Lire la suite de cet article

Comme moi – et comme bon nombre des gens qui viennent me consulter pour des problèmes de gestion du temps – vous vous retrouvez peut-être à travailler le week-end au lieu de profiter de votre famille ou de vos amis, à faire en dernière minute alors que vous aviez normalement du temps devant vous ou à vous demander comment vous allez arriver à caser tout ce que vous avez à faire dans les 24 heures d’une journée.En gros, si votre départ le matin ressemble un peu à ça :

via GIPHY

Alors cet article peut peut-être vous intéresser 🙂 …

Gérer son temps : bonjour, le stress commenceJe ne sais pas pour vous, mais pour moi les principes de la gestion du temps usuels se sont avérés particulièrement inefficaces. Déjà quand j’étais en entreprise, je n’ai jamais compris la différence entre urgent et important. J’ai testé les applications mobiles, le suivi sur des fichiers Excel, … Mais ça ne marchait pas : tant que je n’étais pas trop chargée, je gérais à peu près. Mais dès que le planning devenait plus tendu, je laissais tomber, j’arrêtais de planifier … et je n’ouvrais plus les applications concernées pendant plusieurs semaines. Ou en tout cas, ça ne m’aidait absolument pas à gérer mes priorités et à gérer mon temps (à peu près) efficacement. Mais ça se terminait généralement par la conviction que j’étais irrémédiablement mal organisée, que je n’avais pas de volonté … que c’était évidemment là la cause de tous mes malheurs. Et que c’était visiblement irrémédiable.

Beaucoup de gens se retrouvent perdus malgré des formations hors de prix … et culpabilisent de ne pas arriver à appliquer des principes qui ont pourtant l’air d’être de si bon sens … et si simples. C’est ce que je ressentais .. et ce que d’autres me confient dans des accompagnements.

Et si les principes classiques de gestion du temps n’étaient pas d’aussi bon sens qu’ils en ont l’air ?

J’ai découvert il y a quelques années les principes de la « GTD » de David Allen. Cette approche m’a permis de me libérer des sacro-saints « urgent », « prioritaire », « important », etc qui me pourrissaient la vie et ne me convenaient pas du tout.Et puis, surtout, surtout, je me suis appliqué à moi-même les recettes qui semblaient bien marcher dans les accompagnements que je pratique pour des difficultés similaires : lorsque quelque chose est pénible et difficile à faire, on ne peut pas être motivé pour le faire. Donc soit on peut se passer de le faire … soit on trouve le moyen de le rendre un peu moins fastidieux !

Agenda personnalisé Shirley Ze Pap (photo @Shirley Ze Pap)

J’avais déjà mis en place un carnet tout simple où je notais ce que j’avais à faire. Cet essai m’a aidée à réaliser que passer par l’écrit, le geste, était important pour moi et m’aidait à poursuivre un effort qui ne m’était pas naturel. Et puis j’ai rencontré le Bullet Journal il y a environ 1 an … et j’ai passé un cap supplémentaire : j’ai rendu mon carnet BEAU (enfin j’essaie !). Et là encore cela m’a appris que, pour moi, l’esthétique n’était pas accessoire. Au contraire, elle est essentielle à ma gestion du temps

Et je gère mon temps en faisant des choses qui peuvent sembler me faire perdre du temps : je dessine, je colorie, j’utilise des tas de feutres, … Souvent les gens avec qui je travaillent sont étonnés de voir mon planner. C’est un bel objet personnalisé. Je l’ai fait faire sur mesure par Shirley Ze Pap (à un prix tout à fait raisonnable !) pour avoir un objet que j’ai du PLAISIR à manipuler, à sortir, à regarder.

Mais ce n’est pas tout : je PRENDS LE TEMPS chaque jour de dessiner, de colorier, de préparer ma journée, ma semaine, mon mois à venir. Certains d’entre vous se diront sans doute que c’est du temps perdu. Mais le plaisir pris à faire mon agenda me permet de trouver du plaisir à faire ce que je n’aime pas spécialement faire = planifier et anticiper mon temps, prévoir, organiser, …

Le plaisir n’est pas un empêcheur de faire les choses pénibles : il est le moteur de la motivation

Et encore autre chose, je prends aussi du PLAISIR à colorier les cases de tâches que j’ai faites. Et je suis donc plus motivée pour faire les choses désagréables car la récompense que m’apporte la réalisation du journal et sa tenue m’entrainent à faire plus et mieux.photo bullet journalChaque fois que je manque de temps, chaque fois que je suis pressée, j’essaie de me souvenir de cette chose essentielle : prendre mon temps, faire beau me permet d’être plus efficace.
Ce n’est pas une perte de temps, ni un gadget. C’est le meilleur moyen d’être efficace que j’ai trouvé. C’est même le seul moyen que j’ai trouvé pour avoir le courage de faire des choses chiantes mais nécessaires.
Et j’essaie de me souvenir de cette phrase d’un de mes formateurs : « il ne reste qu’1 heure dans notre journée de formation ? Alors dépêchons-nous de ralentir ! ».Ou, comme le dit ma philosophe de fille : « c’est quand on n’a pas le temps qu’il faut le prendre. » C’est cette philosophie que j’ai essayée de partager dans la conférence TEDx que j’ai donnée à Lyon il y a déjà quelques temps. Vous voulez la voir ?

C’est par ici !

Je vous invite donc à vous poser la question, que ce soit pour votre gestion du temps ou pour toute autre tâche pesante, ennuyeuse et fastidieuse que vous avez à faire :
– Comment puis-je ajouter du plaisir dans les tâches désagréables de ma journée ?
– Comment puis-je me motiver autrement qu’avec une récompense « post activité » ou la simple satisfaction du travail accompli ? 

Pensez aussi à privilégier votre curiosité : faites des essais, tentez des choses, … Si ça ne marche pas, vous aurez appris quelque chose sur vous 🙂


Cet article vous a plu ? Vous avez envie de recevoir régulièrement des articles du même genre et des infos complémentaires autour de ce sujet ? Alors cliquez ici !

Vous voulez assister à une formation, une conférence ou à un atelier de Sandrine Donzel de S Comm C ? Il y en a sans doute une près de chez vous ! L’agenda est par ici !

S Comm C propose aussi des accompagnements afin de vous aider à vous sortir de situations personnelles, familiales, de couple ou professionnelles bloquées et difficiles. Les accompagnements sont possibles IRL sur plusieurs lieux et à distance via Skype ou Facetime. Pour plus d’informations, contactez Lara par email : lara@scommc.fr


Pour aller plus loin à propos de gestion du temps, de plaisir et de Bullet Journal

Vous pouvez lire en complément de cet article :

Et vous pouvez aussi découvrir le livre de David Allen sur la gestion du temps qui est vraiment une mine d’informations pour gérer son temps plus « humainement » 🙂 (lien affilié vers le livre) :

 

crocodile en peluche qui nous sert d'astuce pour nous énerver moinsToi aussi des fois tu hurles sur ton enfant parce qu’il te tient tête ou ne fait pas ce que tu lui as demandé malgré 10 répétitions ?

Toi aussi tu dis des choses que tu regrettes immédiatement après mais qui sortent toutes seules ?

Chez toi aussi, ton enfant aussi s’énerve et dit des choses inquiétantes dans les moments de conflit ?

Et bien sache qu’un crocodile peut sauver la situation !!!

Si, si, je t’assure, un crocodile.

Tu ne me crois pas ? Alors viens voir comment ça se passe chez moi …

Quand les conflits entre parents et enfants dégénèrent …

Je n’accepte pas d’en arriver à des solutions violentes avec mes enfants. Surtout que ces solutions ne fonctionnent pas sur le long terme … et parfois même pas à court terme !

Je sais qu’une bonne partie du problème vient de notre ballon émotionnel qui déborde. L’escalade relationnelle et émotionnelle transforme vite un désaccord anodin en jeu de pouvoir. L’enjeu n’est plus alors de faire ou de ne pas faire ce qui est demandé. L’enjeu devient

QUI VA GAGNER ???

Plus personne ne veut céder parce que personne n’aime perdre la face. Pas plus que nos enfants. C’est dans ces moments-là que je me dis que nous, les adultes, ne valons pas mieux que des enfants de 6 ans 🙂 … (et j’en ai déjà parlé ici). Je me suis donc résolue à trouver une astuce qui alcitation Gandhi à propos des conflits : "chacun a raison de son propre point de vue mais il n'est pas impossible que tout le monde aie tort"lait nous permettre de sortir la tête haute de ces moments désagréables et culpabilisants pour tout le monde !

Oui, parce que la bonne nouvelle, c’est que les enfants non plus n’aiment pas se comporter comme ça. Comme pour nous, les comportements violents sont plus forts qu’eux. Ils disent et font des choses qu’ils regrettent (et comme nous, ils ont du mal à l’admettre après coup). Ca, c’est important parce que c’est précisément cette culpabilité – et leur volonté de renouer une bonne relation avec nous – qui va agir dans ces situations.

Se mettre d’accord sur le fait que c’est un problème pour tout le monde !

La première étape pour utiliser mon astuce magique, c’est d’en parler à froid, quand tout le monde se sent bien. On règle rarement les problèmes à chaud, dans l’émotion. J’ai donc dit à mes enfants quelque chose comme ça :

Parfois je m’énerve sur vous et je fais des choses méchantes. Je n’aime pas ça et j’ai envie de faire autrement. Mais parfois vous aussi, vous vous énervez sur moi et vous réagissez fort. Et dans ces moments-là, tout le monde se crie dessus, tout le monde se sent mal et rien ne va.

Pour paraphraser Dick Fisch, je dirai que puisque nos disputes ne mènent à rien, mieux vaut arrêter de nous disputer !

Ils étaient d’accord avec moi. Et ils étaient aussi d’accord pour chercher une solution.

L’idée était de faire réagir l’autre pour qu’il arrête de faire ou de dire des choses qui font monter notre émotion. Une sorte de signal d’alarme.

Mon fils a proposé de dire « STOP » ou « ARRETE ». Mais nous avons pensé que ça n’aurait pas très bien marché tout simplement parce que c’est un mot que nous utilisons déjà dans ces situations et qui ne marche pas. Il peut même aggraver la situation.

Il nous fallait donc quelque chose d’incongru, de bizarre. Quelque chose qui surprenne et qui  soit VRAIMENT un signal fort.

Quand l’autre nous fait mal, il faut trouver le moyen de lui dire d’arrêter

citation dick Fish : "Si vos disputes n'aboutissent à rien, alors mieux vaut arrêter de vous disputer."Et soudain, j’ai eu une idée ! Mon fils a une peluche crocodile que j’aime beaucoup. C’est un peu son doudou (il n’a jamais eu de doudou mais il aime bien celle-ci). Et c’est aussi mon doudou : j’adore dormir avec ce crocodile dont la forme se rapproche de celle d’un traversin :-).

Nous avons donc convenu que « CROCODILE » serait notre mot de passe !

N’importe quel membre de la famille peut l’utiliser pour dire à l’autre « tu me fais mal, arrête ».

Mais le mot de passe ne suffit pas ! Le mot de passe permet d’arrêter l’escalade relationnelle. Le problème de base – le désaccord, le conflit, … – lui, persiste. Et s’il n’est pas réglé, il va immanquablement déclencher une nouvelle escalade. Il ne s’agit pas de prendre sur soi, au risque de voir notre carte de fidélité se remplir.

Le mot de passe permet aux émotions de redescendre, de prendre conscience qu’on est allé trop loin.

Mais ensuite, il faut résoudre le problème !

Que faire après avoir utilisé le mot de passe pour arrêter de s’énerver ?

Une fois le mot de passe utilisé, nous utilisons le principe du « message-Je » de la Communication Non Violente pour décrire le problème de base.un tableau pour décrire les étape de la communication non violente

Celui qui a utilisé le mot de passe doit :

  • décrire les faits
  • exprimer l’émotion ressentie
  • et propose une solution

Cela peut donner quelque chose comme ça : « maman, je suis énervé : je voulais juste finir mon jeu, je n’en ai pas pour longtemps. Est-ce que je peux continuer s’il te plait ? » ou bien « Je suis agacée de voir que les chaussures trainent encore dans l’entrée et fatiguée de l’avoir déjà dit 4 fois. Je ne veux plus avoir à répéter. »

Si les enfants ne sont pas familiarisés avec cette approche, l’adulte peut évidemment les aider en leur rappelant les 3 éléments mentionnés ci-dessus.

La solution n’est pas forcément « oui tu peux continuer ton jeu » ni « on va ramasser les chaussures tout de suite« . Mais utiliser le mot de passe rend les 2 personnes plus réceptives aux explications et permet de trouver une sortie acceptable pour les 2, sans avoir à transiger sur ce qui est important pour chacun. Le mot de passe permet de revenir à une résolution de problèmes plus constructive et plus intelligente :-).

Le mot de passe, une astuce magique pour supprimer tous les énervements ?

La solution que je vous propose n’est pas miraculeuse – j’essaie d’éviter de vendre du rêve parce que les espoirs déçus font très mal.

Elle fonctionne mieux à mon avis avec des enfants un peu « grands », c’est-à-dire capables de sentir leurs émotions monter en eux et de sentir le moment où ça devient trop pour eux et où ils sont sur le point de faire ou de dire des choses qu’ils vont regretter. Mais elle peut très bien fonctionner avec des enfants plus petits aussi, à condition que l’adulte serve de support et l’aide à formuler les choses précisément.

Elle fonctionne à partir du moment où la relation est bonne : chacun se sent globalement aimé et respecté, même s’il y a des moments « de crise ». Et évidemment, cela marche si aucun des 2 ne cherchait à faire cesser la dispute avant et que les 2 essayaient d’avoir le dernier mot. Si l’un des tentait déjà de calmer l’autre sans succès, il y a de fortes chances que l’astuce du mot de passe soit vouée à l’échec.

Dans tous les cas, lorsque la relation est dégradée au point que l’adulte en veut à l’enfant et pense que l’enfant le fait exprès, est juste « chiant » – oui, ça arrive et c’est douloureux à vivre pour les parents confrontés à ce constat – cette solution ne fonctionnera probablement pas et il faudra tester d’autres choses.

Maintenant, si vous aussi, vous voulez savoir si un crocodile peut vous aider à moins vous énerver, vous savez comment faire …

A noter qu’il m’arrive aussi de proposer cette astuce à des couples lorsque ça va mal entre eux mais que le contexte s’y prête (comme quoi les adultes sont de grands enfants :-D)


Cet article vous a plu ? Vous avez envie de recevoir régulièrement des articles du même genre et des infos complémentaires autour de ce sujet ? Alors cliquez ici !

Vous voulez assister à une formation, une conférence ou à un atelier de Sandrine Donzel de S Comm C ? Il y en a sans doute une près de chez vous ! L’agenda est par ici !

S Comm C propose aussi des accompagnements afin de vous aider à vous sortir de situations personnelles, familiales, de couple ou professionnelles bloquées et difficiles. Les accompagnements sont possibles IRL sur plusieurs lieux et à distance via Skype ou Facetime. Pour plus d’informations, contactez Lara par email : lara@scommc.fr


D’autres astuces pour s’énerver moins sur les enfants ?

A lire sur ce blog :

Ailleurs sur le web :

Quelques livres :

Il y a quelques jours, j’étais sur Facebook, comme ça, tranquille, quand j’ai lu la punchline d’un article qui a attiré mon attention. Ou devrais-je dire : qui a fait monter ma tension. Une punchline qui disait « Parents, lâchez la grappe à vos enfants, c’est pour leur bien. »

Tiens j’ai fait une copie d’écran pour que tu comprennes mieux :

les conseils des professionnels aux parents

Tu le vois le problème ou pas ? Et bien moi, le problème, il m’a sauté à la figure. Et mon sang n’a fait qu’un tour …

(edit : ce mois-ci, Egalimère propose comme thème à son rendez-vous mensuel #10DuMois le thème « qu’est-ce qui cloche ? » … et je me suis dit que cet article irait parfaitement bien dans le thème :-D. Vous pouvez lire ici sa contribution au thème (sur le thème « qu’est-ce qui cloche avec mon diplôme ? » et retrouver celles des autres participants) Lire la suite de cet article

Parfois, quand quand j’entends un bruit de dispute entre mes enfants, ou simplement quand j’entends un « maman ? » à un moment où je ne me sens pas disponible, ma tête ressemble un peu à ça …

via GIPHY

Et si j’en crois ce que j’entends dans mon travail – aussi bien dans les accompagnements parentaux que dans les formations pour les professionnels de l’enfance ou de la petite enfance que j’anime – je ne suis pas la seule 😀 ! (pas sûre que le smiley sourire est bien adapté).

Et cette réaction tient en bonne partie à une forme d’épuisement qui touche les adultes qui s’occupent d’enfants. Lire la suite de cet article

peste ou choléra ? Les 2 seuls choix du parent ?Parfois, être parent, c’est souvent avoir l’impression de devoir choisir entre la peste et le choléra. C’est devoir faire des choix complexes. Je ne parle pas du choix du mode de garde de nos bambins, de l’école, ni des activités extra-scolaires (bien que là aussi il y aurait à dire). Non, je parle de nos choix au quotidien. De nos choix éducatifs, de nos positionnements.

Etre parent, c’est faire des choix.

Lire la suite de cet article