Tranche de vie … Et quand l’autre parent n’est pas disponible pour un calin et que l’enfant s’agite ?

oursScène classique du petit déjeuner, papa et maman sont debout depuis quelque temps, les enfants se réveillent. Le petit n’est pas d’accord pour qu’on le pose sur sa chaise haute et le fait savoir en pleurant toutes les larmes de son corps. Il veut « papaaaa, papaaa !!!« . Ben oui, forcément il a passé la moitié de la nuit à dormir contre maman, donc il veut un peu de changement le brave garçon. Mais « Papaaaa » ne l’entend pas de cette oreille et veut déjeûner en paix (tiens, ça me rappelle quelque chose). Bref, papa ne veut pas mais ne dit rien, sa façon à lui de faire savoir qu’il n’est pas d’accord 😉 …
Dur dur de commencer la matinée dans cette ambiance morose, avec la grande qui ne veut pas sa tartine mais préférerait un massage du dos 😮 …ben oui, massez ses enfants c’est bien mais ils y prennent goût les bougres !

Moi je veux bien mais le temps manque un peu. Il doit être 7h20, heure à laquelle je suis censée partir au boulot et je ne suis ni habillée ni maquillée et je n’ai pas pris mon petit déjeûner. Dans ces moments-là, je crois que si je pouvais transformer mes enfants en statue de sel, je le ferai !!!

Mais je n’ai pas ce don, dommage pour moi :-X …

Donc là, il va me falloir gérer l’autre parent en plus des enfants !

Je dois donc affronter courageusement la situation en évitant de m’énerver pour ne pas gâcher ma journée, ni celles de mes enfants et encore moins celle de mon mari. Bref, je fais quoi moi là, avec un ours bourru, un chiot couinant et une grenouille grognonnante :-/ …

Je commence par traiter le problème le plus urgent, en tout cas pour mes oreilles : je m’attaque donc – enfin façon de parler ! – au petit.

– « Tu es très fâché parce que papa ne te prend pas sur ses genoux ! » (dit sur un ton qui montre que j’entends la colère, c’est à dire sur une énergie similaire à la sienne et non calmement, ce qui créerait une distance mal vécue par l’enfant)

– « ouin !!! »

– « tu es vraiment très très fâché alors !!! » (la première reformulation n’a pas apaisé l’enfant, donc il ne se sent pas entendu, je retente avec la même émotion mais encore plus proche de son énergie à lui).

– « ouiiiiiinnnn » (l’écoute n’a pas encore fonctionné : l’enfant monte en énergie. Je me dis que ce n’est pas le bon sentiment que je reformule et j’essaie donc autre chose)

– « tu es vraiment triste de devoir rester sur ta chaise… » (dans les situations où l’enfant montre un comportement « violent » : cris, gestes, … il est très souvent triste, bien plus que « en colère ». La tristesse est une émotion qu’on ressent quand on doit renoncer à quelque chose et c’est le cas ici).

– « … » accompagné d’un oeil mi-surpris mi soulagé, genre « Ah ma mère comprend ce que j’essaie de dire parfois » (ouf j’ai vu juste !)

Gérer l’autre parent : et si on le faisait sans lui parler ?

– « tu aimerais beaucoup être sur les genoux de papa ». (je poursuis la reformulation pour obtenir un « oui » de sa part qui impliquera que son ballon émotionnel s’est dégonflé et qu’il est à nouveau accessible à des arguments rationnels.

Hochement de tête (Yes !!! Mais il faut que je résolve ce truc car sinon ça va repartir de plus belle.)

-« tu sais mon loulou, papa aime être tranquille le matin pour prendre son petit déjeuner » (Argument rationnel que l’enfant peut entendre quand il n’est pas sous le coup d’une émotion. Ca permet de lui rappeler les raisons qui font que son papa ne veut pas le prendre sur ses genoux … et accessoirement au papa que j’ai entendu son problème).

– « papaaaaaa ! » (attention : piège tendu par l’enfant de 18 mois ! son « papaaa » ne veut pas dire qu’il ne m’entend pas, mais qu’il acquiesce que, oui j’ai bien compris : c’est papa qu’il voulait)

« oui Vivien, tu aimerais vraiment beaucoup être sur les genoux de papa pour prendre ton petit déjeuner mais papa a envie d’être tranquille » (Je lui montre que j’ai compris son envie et je reformule le besoin de son papa).

« ta ? » (en montrant le sol).

« ah tu veux descendre ? »

« … » (sourire)

Je le descends de sa chaise. J’entends déjà les grands cris des partisans de l’autorité pure et dure : « ah mais si vous lui cédez, comment voulez-vous qu’il comprenne que c’est vous qui commandez ? Faut pas s’étonner après si les enfants ne respectent plus rien ma brave dame ! ».

Sauf que moi, je ne conçois pas les rapports avec mes enfants comme une guerre et leurs sentiments sont aussi respectables que les miens … et quand j’en ai marre de rester assise, ben je me lève !  Bref, je le descends, il rigole et vient vers moi tout sourire. Ouf, le niveau sonore a baissé d’un cran et la sérénité est un peu revenu … Le papa peut déjeuner tranquille, l’enfant a fini son petit déjeuner et part jouer.

Reste la grenouille grognonnante mais ce sera pour un prochain article 🙂 !

Cet article vous a plu ? Vous avez envie d’en savoir plus et de recevoir régulièrement des infos autour de ce sujet ? Alors cliquez ici !

Sandrine Donzel

Inspiratrice de bienveillance ... envers les autres et envers soi-même :-) ... Coach, formatrice, conférencière et auteure du blog S Comm C

sandrine has 487 posts and counting.See all posts by sandrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :